Passer au contenu principal

ConjonctureForte chute de la croissance économique en 2020

Des économistes interrogés par le KOF révisent à la baisse leurs attentes en matière de croissance économique suisse. Le PIB devrait chuter de 5,0%.

Sur un horizon à cinq ans, les spécialistes cités par le KOF anticipent un PIB helvétique en hausse de 1,5% (photo d’illustration, ville de Berne).
Sur un horizon à cinq ans, les spécialistes cités par le KOF anticipent un PIB helvétique en hausse de 1,5% (photo d’illustration, ville de Berne).
KEYSTONE

Les économistes interrogés par l’institut conjoncturel KOF se sont alignés sur les estimations de leurs homologues, en révisant nettement à la baisse leurs attentes en matière de croissance économique suisse cette année.

Le produit intérieur brut (PIB) helvétique devrait chuter de 5,0% cette année en raison des répercussions économiques de la pandémie de coronavirus, un chiffre nettement inférieur au -0,2% pronostiqué lors du précédent sondage en mars, a indiqué mardi le KOF dans un communiqué.

Les investissements en biens d’équipement sont attendus en fort repli de 8,9% en 2020, de même que les exportations (-7,1%).

Rebond conjoncturel en 2021

Pour l’année prochaine, les 17 économistes sondés en juin par le KOF s’attendent à un fort rebond conjoncturel, le PIB devant croître de 4,2%. En mars, une très modeste reprise de seulement 0,2% était encore attendue. Autant les investissements en biens d’équipement (+4,3%) que les exportations (+6,9%) doivent reprendre le chemin de la croissance.

Sur un horizon à cinq ans, les spécialistes cités par le KOF anticipent un PIB en hausse de 1,5%.

Les experts interrogés dans le cadre de ce sondage sont également plus pessimistes sur le front de l’emploi. Ils anticipent un taux de chômage à 3,8% cette année, contre encore 2,7% dans leurs précédentes estimations de mars. La part de sans-emploi devrait augmenter à 4,2% en 2021 avant de reculer à 3,2% d’ici cinq ans.

En matière d’inflation, les prix à la consommation devraient être négatifs de 0,7% en 2020, donnant en peu de marge de manoeuvre aux ménages en matière de pouvoir d’achat. L’exercice suivant, les prix devraient à peine accélérer de 0,3%.

ATS/NXP