Passer au contenu principal

LuxeGucci dédommagé pour des contrefaçons

La justice américaine a accordé 144 millions de dollars (130 millions de francs) de dommages et intérêts au group Gucci, entité du français Kering.

Des lunettes Gucci.
Des lunettes Gucci.
AFP

Le groupe Gucci a obtenu 144 millions de dollars (130 millions de francs) de dommages et intérêts pour des contrefaçons sur internet.

La justice américaine a ordonné que lui soient transférés 155 noms de domaines qui vendaient des contrefaçons de ses produits sur internet, a-t-on appris jeudi soir.

Le juge William P. Dimitrouleas, du tribunal fédéral pour le sud de la Floride, a interdit aux sites incriminés toute «fabrication, importation, promotion, distribution, vente ou offre de vente» de contrefaçons de la célèbre maison de mode italienne. Il leur a également interdit d'utiliser la marque, ou «tout logo visant à frauduleusement vanter leurs services et produits», et toute «imitation» de la marque, et a ordonné que soit versé à Gucci un total de 144,2 millions de dollars en dommages et intérêts.

Le juge a également ordonné le transfert «immédiatement» à Gucci US des noms de domaine incriminés, ou leur suspension définitive. Son jugement fait la liste de tous ces sites, dont la plupart ne fonctionnaient plus jeudi.

Gucci US avait porté plainte en mai dernier devant ce tribunal fédéral de Floride contre trois entités opérant sur ces sites internet dans de nombreux pays, en soulignant «la récente explosion des contrefaçons sur internet». Ces sites intégraient quasiment tous le nom Gucci dans leur adresse, copiaient pour certains les campagnes publicitaires du groupe, les images de ses produits, ses logos, et des détails récupérés sur les sites officiels de Gucci.

Gucci salue

L'un d'eux, toujours accessible jeudi, proposait des sacs présentés comme des Gucci en solde pour 264 dollars. Patrizio de Marco, le président de la maison de luxe, s'est félicité de la décision du tribunal américain.

«Nous sommes très contents que le tribunal ait clairement compris les dangers pour les consommateurs de ces organisations de contrefaçon en ligne. Il a envoyé un message fort aux contrefacteurs, qui peuvent s'attendre à de sévères sanctions s'ils se font attraper», a-t-il indiqué dans un communiqué.

«Gucci est déterminé à protéger ses droits dans le monde entier», a-t-il ajouté. Gucci, maison fondée en 1921, fait partie du groupe français PPR, devenu Kering. La contrefaçon coûte chaque année des milliards aux maisons de luxe, en dépit des saisies et autres opérations de police.

En août, la police italienne avait par exemple annoncé la saisie de 320'000 sacs et accessoires en cuir contrefaits ainsi que la découverte de fausses étiquettes Gucci et Prada, et la fermeture de 15 sites internet de vente d'articles de luxe illégaux.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.