Passer au contenu principal

Vie numériqueFacebook, cluster de la haine

Les critiques selon lesquelles le réseau social favoriserait les clivages sociaux aux États-Unis, voire la détestation et les violences, sont de plus en plus nombreuses.

Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, affirme rejeter toute «rhétorique clivante ou incendiaire».
Mark Zuckerberg, le patron de Facebook, affirme rejeter toute «rhétorique clivante ou incendiaire».
EPA

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.