Passer au contenu principal

Université en ligneExamens: la surveillance vidéo des étudiants dénoncée

Le syndicat des étudiants genevois s’insurge contre la nouvelle directive antitriche des examens, une surveillance jugée trop intrusive.

Hugo Molineaux, secrétaire permanent à la CUAE, y voit «une intrusion dans la vie privée.»
Hugo Molineaux, secrétaire permanent à la CUAE, y voit «une intrusion dans la vie privée.»
keystone

La CUAE, soit le syndicat des étudiants de l’Université de Genève, s’alarme de la nouvelle directive prise par le rectorat. En raison de la situation sanitaire, la session d’examens de janvier sera virtuelle dans toutes les branches qui s’y prêtent, et les étudiants seront surveillés par un logiciel installé sur leur propre ordinateur à domicile.

Dans la version maximale de surveillance permise par l’application TestWe, la vidéo de l’étudiant est activée ainsi que son micro, et les mouvements de son écran sont analysés. En cas de détection d’un mouvement ou d’un bruit suspect laissant penser à une tentative de tricherie – chuchotement d’une autre personne ou recherche sur internet par exemple – une alerte est donnée à l’Université.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.