Passer au contenu principal

SpectacleÉveiller sa conscience écologique, c’est possible dès 3 ans!

Le Théâtre de l’Orangerie propose aux tout-petits une animation mêlant chant, musique, théâtre et dessin.

Une illustratrice et une conteuse se relaient pour captiver les enfants avec «Le Pinceau magique».
Une illustratrice et une conteuse se relaient pour captiver les enfants avec «Le Pinceau magique».
TO

En plein soleil dans le cadre fastueux du parc La Grange, une foule d’enfants s’agite. Venus assister à la représentation du «Pinceau magique», les bambins sont de bonne humeur. Couverts de crème solaire, tous assaillent leurs parents avec la même question: «Quand est-ce que ça commence?» Il faudra patienter jusqu’à 11h avant d’entendre une cloche retentir, signalant le début du spectacle tant attendu.

Les enfants s’installent sous les ombrages du parc. Face à eux, deux artistes venues leur narrer une histoire, l’une par la parole et la musique – la conteuse Deirdre Foster –, l’autre par le dessin – l’illustratrice Joëlle Gagliardini. Ici, pas de fauteuil, pas de micro et surtout, pas d’écran: «Le Pinceau magique» est avant tout une ode à la nature; les minots sont assis sur des coussins à même le sol, les illustrations sont projetées à l’aide d’un grand miroir et la conteuse se fait entendre à la seule force de sa voix. Entre les gazouillis d’oiseaux et la brise caressant les minois fascinés, le conte prend son envol. L’histoire met en scène deux fillettes très pauvres; l’une, fascinée par le dessin, donne vie à tout ce qu’elle esquisse grâce à un mystérieux pinceau. Après sa performance, Deirdre Foster s’explique: «Tout l’intérêt de cette pièce, c’est de renforcer les liens entre les enfants et la nature. On l’a déjà jouée dans une salle de spectacle, mais ça n’avait pas du tout la même portée. Là, en plein air, c’est l’occasion d’être proche d’eux et de la nature. L’histoire contée prend tout son sens.»

Pour captiver, il faut varier

Le spectacle dure une quarantaine de minutes, mais les petits spectateurs se montrent calmes et attentifs. La narratrice révèle son secret: «En mêlant les arts, il est facile de les captiver. Il faut toujours avoir un élément retenant leur attention, que ce soit un instrument de musique, une chanson, un dessin ou l’imitation d’un personnage…» Pour Agathe et ses jumelles, c’est un franc succès. La maman explique: «Louise et Solange ont été fascinées par les illustrations. Et puis le thème du spectacle tombe à pic: je tiens à les sensibiliser à l’écologie, qu’elles comprennent à quel point la nature est précieuse. Mes filles se sont senties d’autant plus concernées que le conte met en scène des jumelles.» «Le Pinceau magique», une belle manière d’inciter les jeunes pousses à exprimer leur créativité tout en leur signifiant l’importance d’une nature dont ils seront bientôt responsables. Clara Rigoli

«Le Pinceau magique» au Théâtre de l’Orangerie, parc La Grange, jusqu’au 26 juillet.