Passer au contenu principal

EnvironnementEt si le streaming n’était pas la catastrophe écologique annoncée?

Séries et visioconférences augmentent la consommation d’électricité mais ne comptent guère plus que l’éclairage à domicile. Où est le problème? Dans la construction des appareils, ordinateurs portables ou smartphones.

Mars 2021, dans le data center de l’entreprise genevoise Infomaniak. Des milliers de câbles, autant de sources lumineuses: ici sont les serveurs hébergeant d’innombrables données que l’internaute retrouvera sur son ordinateur personnel, ses vidéos, podcasts et tant d’autres encore.
Mars 2021, dans le data center de l’entreprise genevoise Infomaniak. Des milliers de câbles, autant de sources lumineuses: ici sont les serveurs hébergeant d’innombrables données que l’internaute retrouvera sur son ordinateur personnel, ses vidéos, podcasts et tant d’autres encore.
FRANK MENTHA

Huit heures du matin: après m’être soigneusement peigné, j’enclenche modem et ordinateur. Dans cinq minutes, c’est visioconférence avec les collègues. La journée se termine déjà? Quelle joie! Cette petite série de derrière les fagots, vous m’en donnerez des nouvelles. À moins d’un concert en direct, chacun ses goûts.

Jamais, avant l’arrivée du Covid-19, le streaming n’avait eu une place aussi importante dans notre quotidien. Parce que le télétravail oblige à se connecter en permanence, parce que l’absence de sorties incite à se rabattre sur les plaisirs du Net, y compris pour les spectacles qu’on disait vivants, le streaming s’impose alors comme la solution technique idéale pour pallier l’absence d’activité en présentiel.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.