Passer au contenu principal

Encre bleueEssentiel ou non essentiel

Yvain Genevay

Suis-je essentiel ou non essentiel?

Telle est la question de la semaine. Les commerçants se la posent, et les réponses des autorités genevoises ne sont pas toujours à la hauteur de leurs espérances.

Car elles n’ont pas vraiment fait dans le détail, même si elles maintiennent ouvertes les librairies ou les fleuristes qui nous avaient cruellement fait défaut ce printemps. Mais, après les restaurateurs et les bistrotiers, que penser des artistes et artisans, considérés également comme non essentiels?

Ils sont nombreux à avoir fermé boutique en novembre, le cœur gros. Ces indépendants avaient pourtant pris toutes les mesures qui s’imposaient pour accueillir leur clientèle dans des conditions sanitaires optimales.

Ainsi Percho, qui dessine et réalise cartes, peintures et objets pleins de gaieté dans son arcade-atelier de Carouge. En bonne citoyenne, cette artiste s’est pliée aux directives, tout en sachant que ce n’est pas la cohue dans son petit commerce et que les allées et venues des clients sont parfaitement gérables, côté virus.

C’est en allant faire ses courses alimentaires dans une grande surface «essentielle» qu’elle a vu que ce géant de la distribution vendait aussi des cartes de vœux. Pareil dans une librairie voisine. La moutarde lui est montée au nez!

Alors comme ça, les gros continuent à vendre des produits venus d’on ne sait où, faits par on ne sait qui ni dans quelles conditions, alors que les petits qui travaillent ici et à la main doivent fermer pendant plusieurs semaines!
Y a comme un déséquilibre, non?

L’artiste s’était déjà sentie blessée d’être considérée comme non essentielle par les autorités genevoises. Là, elle se sent carrément flouée! Et pour une fois, elle envie presque les Vaudois, qui ne font pas de différence de traitement entre essentiel et non essentiel…

2 commentaires
    Fabien

    Cette décision genevoise est incompréhensible. On ne va peut y voir que la patte d’édiles majoritairement de gauche et insensibles à l’économie réelle.