«En votant autrement, je n’aurais plus pu me regarder dans la glace»

Quotas fémininsLa conseillère nationale Alice Glauser (UDC/VD) subit les foudres de son parti pour n'avoir pas pris position contre les quotas féminins dans l'économie, lors d'un vote ultra serré. Interview.

La conseillère nationale Alice Glauser.

La conseillère nationale Alice Glauser. Image: JEAN-BERNARD SIEBER

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un vote et une clameur. L’émotion a pris le pas sur le débat politique jeudi soir au Conseil national. A une voix près, après un débat de huit heures, la Chambre du peuple a accepté l’introduction de quotas de femmes non contraignants à hauteur de 30% dans les conseils d’administration et de 20% dans les directions des entreprises. Le vote s’est joué à 95 voix contre 94 et trois abstentions.

Parmi ces abstentions déterminantes, celle d’Alice Glauser (UDC/VD). Pour avoir exprimé sa conviction profonde, la citoyenne de Champvent a été fortement rabrouée par son parti. Un jour après, elle défend son avis, droit dans ses bottes.

Alice Glauser, pourquoi vous êtes-vous abstenue sur la question des quotas féminins dans l’économie?
Je suis une femme et je trouvais qu’il était important qu’une possibilité pour les femmes soit enfin débloquée à ce niveau-là. Je fais partie de l’Association pour la défense des droits de la femme, donc cela me semblait naturel. On en a déjà tellement parlé. C’était le moment. Le vote était très serré mais j'avais annoncé que je m’abstiendrais, donc je me suis abstenue.

Votre vote a contribué à faire pencher la balance. Que vous a-t-on dit ensuite dans votre parti?
Vous avez remarqué comme tout le monde que la réaction a été assez forte. Mes collègues n’étaient pas contents parce qu’ils étaient tous contre mon avis.

Comment résistez-vous à ces pressions?
Quand on fait de la politique, il faut avoir les épaules solides et être capable parfois de transgresser le mot d’ordre d’un parti. Pour moi, la femme c’est important.

Vous vous étiez aussi beaucoup engagée pour la survie de la section UDC femmes, que le parti n'a pas souhaité maintenir. Cela a laissé des traces?
Oui, aussi. Je vois aussi la situation de certaines femmes. Il y en a qui ont de très bonnes situations et qui peut-être parfois oublient qu’en-dessous, d'autres régatent pour augmenter les niveaux de représentativité au sein de notre société. Ce vote, c’était une occasion. Je n’aurais plus pu me regarder dans la glace si je ne m'étais pas au moins abstenue.

Vous avez hésité à voter en faveur de ces quotas?
Je ne suis pas vraiment pour les quotas. Je trouve que ce n'est pas la solution idéale de placer des femmes alibi. Mais cela devient presque une obligation.

Quel est l’argument qui vous a le plus touchée?
C’est le signal, il fallait en donner un et j’espère qu’il tiendra le coup.

Vous sentez-vous encore à l’aise dans votre parti? A l’époque de la création du PBD, certains UDC vaudois avaient hésité. Vous y pensez encore?
Je suis bien dans ce parti, à quelques exceptions près. Je regrette qu’il y ait de telles réactions. Nous sommes des personnes qui méritons le respect. On peut diverger sur certains thèmes. On n’a jamais dit à l’UDC qu’il était interdit d’être pour le droit des femmes. Mais là, tout à coup, ça devient dramatique.

On n’a pas fait les mêmes remarques à votre collègue Roger Köppel, qui a manqué le vote…
Je ne sais pas. Mais je crois que les choses auraient été les mêmes en définitive. Il y aurait eu égalité des voix et le président du Conseil national, Dominique de Buman, aurait sans doute tranché en faveur des quotas.

Créé: 15.06.2018, 12h01

Articles en relation

Le National milite pour les quotas de femmes

Suisse Les femmes devraient être mieux représentées dans les instances supérieures des grandes entreprises. Plus...

Pas assez de femmes dans l'administration

Suisse Certains départements affichent de fortes variations en raison de leur statut, comme la Défense. La proportion de femmes parmi les cadres a augmenté. Plus...

Quota féminin pour les sociétés cotées en bourse?

Suisse La commission des affaires juridiques du National souhaite que les femmes soient mieux représentées dans les instances supérieures des grandes entreprises. Plus...

Conseil d'administration: quota de 40% de femmes rejeté

Entreprises Le Conseil national ne veut pas imposer des quotas de femmes dans les conseils d'administration des entreprises. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.