Passer au contenu principal

Petite enfanceEn Ville, les crèches étendent encore davantage leur dispositif

Il est recommandé aux parents, y compris ceux toujours en télétravail, de prendre contact «très rapidement» avec leur institution.

La crèche du parc Bertrand.
La crèche du parc Bertrand.
Laurent Guiraud

Une étape de plus vers un retour à la normale. Dès lundi 18 mai, tous les enfants doivent pouvoir être accueillis au sein des crèches dans lesquelles ils sont inscrits, indépendamment du métier exercé par leurs parents. C’est ce que prévoit le plan de reprise qu’a adressé jeudi le Conseil d’État aux différentes communes.

En théorie, la directive est déjà en vigueur depuis le début de la semaine. Mais, compte tenu des contraintes sanitaires et de capacités d’accueil restreintes, les communes ont fait savoir qu’elles ne pourraient vraisemblablement pas satisfaire toutes les demandes. Un déploiement échelonné, avec deux groupes distincts le matin et l’après-midi, a généralement été mis en œuvre. Les parents en télétravail ne peuvent souvent bénéficier que de prestations «restreintes».

Appel aux parents

Dans un communiqué diffusé jeudi après-midi, la Ville de Genève (4800 enfants inscrits) dit «prendre acte de cette volonté du Conseil d’État». «Les institutions de la petite enfance subventionnées feront donc tout leur possible pour assurer la prise en charge du plus grand nombre d’enfants inscrits, dans les meilleures conditions, dès lundi prochain», écrit la Municipalité.

Toutefois, les mesures sanitaires «posent toujours de réelles contraintes». La Ville recommande donc aux parents de «prendre contact très rapidement» avec les directrices des crèches dans lesquelles leurs enfants sont inscrits.