Passer au contenu principal

Journée des femmes«En RDC, le niveau de barbarie contre les femmes glace le sang»

Les femmes qui ont été violées et maltraitées par les groupes armés congolais de RDC ne parviennent pas à retrouver leur place dans la société. Le témoignage d’une psychologue du CICR.

Sarah Khenati (à droite) avec une collègue dans une «maison d’écoute» où se rendent les femmes victimes des violences sexuelles, en RDC.
Sarah Khenati (à droite) avec une collègue dans une «maison d’écoute» où se rendent les femmes victimes des violences sexuelles, en RDC.
CICR

En 2019, la mission de l’ONU en République démocratique du Congo (MONUSCO) a documenté 1409 cas de violences sexuelles liées aux conflits. Selon des chercheurs américains, 48 femmes seraient violées chaque heure dans ce pays de 85 millions d’habitants. Psychologue clinicienne, Sarah Khenati est la responsable des programmes mis en place par le CICR pour lutter contre les violences sexuelles. Sur place en RDC, l’organisation humanitaire les aide à se reconstruire. Premières victimes du conflit armé qui perdure, les femmes sont atteintes dans leur intégrité physique mais aussi morale. À l’occasion de la Journée internationale des femmes, Sarah Khenati participe ce lundi à une table ronde organisée par le CICR et Giving Women.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.