Vous êtes cuit M. Buttet!

L’éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’information est parue dans le SonntagsBlick. Elle révèle des propos atterrants. Mardi dernier, lors d’une réunion du groupe parlementaire UDC, son ancien président, le conseiller national bernois Adrian Amstutz, a fait la leçon à sa collègue de parti Céline Amaudruz. Elle aurait quitté la salle en larmes. À en croire le quotidien alémanique, M. Amstutz a tancé la Genevoise, coupable selon lui d’avoir affirmé publiquement, sur fond d’affaire Buttet, qu’elle aussi avait été harcelée lourdement. Dans un premier temps, elle n’a pas désigné l’auteur des gestes déplacés, mais très vite, plusieurs témoins ont confirmé que l’homme aux mains baladeuses était bien le conseiller national valaisan Yannick Buttet. Adrian Amstutz dénonce la légèreté de ces accusations. Nuisant au parti, elles sont à proscrire.


Lire aussi: Harcèlement: Céline Amaudruz critiquée au sein de l'UDC


Il vient de faire la démonstration d’un phénomène pervers maintes fois décrit: celle qui révèle une attaque sexuelle a toutes les chances de se retrouver dans le rôle de l’accusée. Céline Amaudruz devient double victime, de Yannick Buttet et de son propre parti. Pour enfoncer le clou, Roger Köppel, blochérien fidèle, relève dans sa Weltwoche ce qui lui apparaît comme un paradoxe: «Une femme politique, que je n’ai jamais vue autrement qu’en jupe courte ou en haut moulant, clame qu’elle ne prendrait jamais l’ascenseur avec certains messieurs.»

Résumons: Céline Amaudruz n’est qu’une aguicheuse qui a le mauvais goût de dénoncer ce qu’au fond, elle mérite.

Et pendant ce temps, notre bon Buttet, devenu national, s’accroche à son siège en se réfugiant dans des arguments éthyliques. Car c’est son double hautement alcoolisé qui se vautre dans le salace. Lui, le vrai Buttet, à jeun, œil et esprit vifs, n’y est pour rien. Mieux, il condamne les gestes de son avatar.

Yannick Buttet et ses nouveaux amis UDC se sont trouvés. Ensemble, ils ont inventé la formule magique du parfait gros lourd: si vous souhaitez harceler une collègue au parlement, choisissez-la court vêtue, buvez un bon coup, puis oubliez-vous. Si la victime en plus est UDC, ses collègues l’empêcheront de parler. Sinon, la mini et la vodka vous serviront d’alibi.

Soyons sérieux, Monsieur Buttet, il est temps de vous en aller. Vous êtes cuit.

Créé: 10.12.2017, 19h58

Pierre Ruetschi,
Rédacteur en chef

Articles en relation

Harcèlement: Céline Amaudruz critiquée au sein de l'UDC

Parlement Adrian Amstutz estime que l’élue a fait du tort à son parti en ne nommant pas l’auteur de gestes inappropriés à son égard. Plus...

Céline Amaudruz: «J'ai subi des gestes inappropriés d'un élu»

Parlement fédéral L'affaire de harcèlement sexuel de Yannick Buttet libère la parole. La vice-présidente de l'UDC déclare avoir été agressée récemment. Plus...

Le PDC Yannick Buttet dénoncé par plusieurs femmes

Harcèlement Révélée mercredi soir par le site du «Temps», l’affaire pourrait coûter cher au conseiller national valaisan, qui fait l’objet d’une plainte après avoir été interpellé par la police dans le jardin d’une jeune femme. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.