En Ville, le règne des apparatchiks

L'éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les salariés du secteur privé représentent deux tiers de la population active genevoise. Cette catégorie majoritaire brillera pourtant par son absence, sauf surprise, dans le futur Conseil administratif de la Ville. Pire: sur les 22 «candidats à la candidature» recensés dans les partis, un seul était salarié du privé. Le PLR, peu suspect de tendresse envers les fonctionnaires, l’a écarté au profit… d’un employé de l’État.


Lire aussi: En Ville, les candidats ne viennent plus du privé


Loin de moi l’idée d’insinuer que les personnalités issues de la fonction publique, et les quelques indépendants rescapés de la sélection, n’ont pas les qualités requises. Il y a parmi eux, sans doute, de futurs très bons magistrats.

Le problème vient de la similitude des profils et de leur manque de représentativité. Alors que la Ville vante, avec raison, l’importance de la diversité, qu’elle soit celle des origines, des langues, des cultures ou des orientations sexuelles, sa classe politique risque une uniformisation rapide, un triomphe des apparatchiks et une monoculture de la fonction publique.

D’anciens élus pointent les faiblesses que peut engendrer chez un élu l’absence d’expérience dans l’économie privée: difficulté à trancher, conformisme, hésitation à se fâcher avec l’administration dont on est issu.

Le trait est sans doute forcé: après tout, les magistrats venant du privé n’ont pas toujours été des aigles, sinon on l’aurait remarqué.

Mais leur absence totale au sein de l’Exécutif pose de vraies questions sur la capacité de la politique genevoise à attirer encore des profils diversifiés et atypiques. S’il ne recrute plus que parmi les fonctionnaires, l’Exécutif risque de s’éloigner des réalités vécues par une majorité de la population genevoise.

L’exemple de la France, avec sa classe politique formatée, professionnalisée et hors sol, ne fait pas vraiment envie.

Créé: 12.04.2019, 07h03

Frédéric Julliard, rédacteur en chef

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...