La vérité du GIEC

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le nouveau rapport du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) livre plusieurs messages importants. Certes, on s’attendait ce qu’il recommande un régime alimentaire plus sobre en viande et pointe du doigt les élevages intensifs ou industriels d’animaux. Là où le GIEC apporte un éclairage neuf, c’est dans le lien très clair qu’il établit entre la qualité des sols et leur capacité à recycler une partie très importante des émissions de dioxyde de carbone (CO2) et à demeurer fertiles.


Lire également : Il faut sauver les terres pour sauver la Terre, «On doit sortir de l’aberration du labourage intensif» et La viande accusée de nuire au climat


Depuis l’essor fulgurant des engrais de synthèse au XIXe siècle, nous avons vécu dans une illusion productiviste. Si ce développement a d’abord permis de vaincre les famines, il s’achève aujourd’hui sur un bilan très sévère. Près d’un quart des terres arables sont gravement dégradées ou polluées. Une proportion très importante des surfaces cultivées est devenue infertile, voire cliniquement morte. En d’autres termes, sans l’apport massif d’engrais de synthèse issus des énergies fossiles, la production agricole s’effondrerait. Cette vérité, nous l’avions tacitement ignorée. Mais elle est aujourd’hui devenue indéniable. C’est le message essentiel du GIEC: la lutte contre le réchauffement climatique passe par une utilisation plus respectueuse et parcimonieuse des terres. Concrètement, les pratiques agricoles et forestières ne doivent pas émettre plus de CO2 que ce que les sols et les océans peuvent absorber. Ce retour à l’équilibre naturel du carbone est possible. L’agriculture, comme les transports ou l’énergie, doit sortir de son addiction aux hydrocarbures. Les agriculteurs ne sont pas les seuls en cause; les consommateurs que nous sommes tous devront accepter une diète plus équilibrée et probablement un coût plus élevé des denrées alimentaires, qui jusqu’ici n’intègrent pas les dégâts causés à l’environnement. Les paysans suisses qui sont rémunérés pour être les gardiens du paysage le seront probablement bientôt pour la conservation des sols dont la vitalité est menacée et qui reste essentielle à la préservation du climat.

Créé: 08.08.2019, 19h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.