Passer au contenu principal

Verdict Lagarde: une catastrophe!

C’est plus qu’un accident, c’est un désastre. La France politique n’a pas fini d’entendre parler du procès de Christine Lagarde. A six mois d’une élection présidentielle incertaine comme rarement, car balayée par les vents mauvais du populisme, ce verdict tombé hier et qui dit, en substance, que «la directrice du FMI est coupable mais dispensée de peine» est du pain bénit pour tous les extrêmes. Pour tous ceux qui prospèrent sur le délitement des principes de la République. Ceux qui dénoncent le système.

Le système? On sourit parfois devant la véhémence des «antisystème» et leur incapacité à définir ce concept fourre-tout. Depuis hier, ils peuvent répondre par un bel exemple. Le système, c’est le traitement de faveur, la justice à deux vitesses, l’impunité des élites, l’absence de sanction pour les ex-ministres de la République. D’ailleurs, à peine la Cour de justice de la République avait-elle rendu son verdict que les commentaires s’enflammaient.

Comment expliquer que l’ex-ministre des Finances de Nicolas Sarkozy ait été condamnée sans peine pour son rôle dans cette filandreuse affaire de détournement de fonds publics qu’est l’arbitrage Tapie contre le Crédit Lyonnais? Et notamment pour ne pas avoir recouru contre l’octroi de 45 millions d’euros de préjudice moral en faveur du controversé homme d’affaires?

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.