Qui de l’œuf ou de la poule?

L’éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’histoire pourrait paraître anecdotique, elle est pourtant exemplaire de l’agriculture moderne et intensive. Les poules du Thurgovien Guido Leutenegger intéressent les autorités sanitaires du pays parce que, analyse après analyse, leur chair ne contient aucune bactérie multirésistante aux antibiotiques. Quoi de plus normal? Pourtant, selon l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OFEV), 66% des poulets suisses et 86% de leurs homologues importés sont porteurs de ces bactéries résistantes aux médicaments.

Le secret de l’éleveur thurgovien? Il élève des races indigènes et anciennes en petits groupes plutôt que des sélections d’espèces hybrides soignées dès leur jeune âge aux antibiotiques. Ça prend plus de temps (six mois d’élevage plutôt qu’une trentaine de jours), ça demande de la place et cela rend donc le coût de la volaille plus élevé. Mais elles s’écoulent sans problème auprès de consommateurs attentifs à leur alimentation.

On peut reproduire l’exemple de Guido Leutenegger dans toute notre chaîne agricole, même si la Suisse est encore un élève modèle au niveau mondial. Entre les géants de l’agroalimentaire qui brevettent des semences de céréales modifiées et stériles, la culture de fruits et légumes soigneusement sélectionnés dans le seul but de produire à outrance, l’élevage intensif d’animaux calibrés pour l’industrie, l’humanité est en train de perdre les fondements de ce qui l’a nourrie pendant des millénaires.

Parce qu’on veut toujours plus, plus vite et moins cher, on court le risque de crises sanitaires majeures. Heureusement, l’exemple des poulets thurgoviens n’est pas isolé: de telles initiatives se multiplient en Suisse et ailleurs, et trouvent facilement leur clientèle. (TDG)

Créé: 21.04.2017, 07h14

David Moginier, journaliste

Articles en relation

Ses volailles n’ont pas de germes résistants

Santé Berne s’intéresse aux méthodes d’un éleveur thurgovien. La viande de ses poules ne contient pas de bactéries multirésistantes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les insectes débarquent dans nos assiettes
Plus...