Trump en marche arrière

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Donald Trump se trompe de combat. En se retirant de l’accord de Paris, le président étasunien satisfait sans doute ses amis de l’industrie du pétrole et les gueules noires de Virginie-Occidentale. Il contente aussi cette Amérique obscurantiste qui croit que l’impact de l’activité humaine sur le climat est une légende que racontent de méchants Chinois. Mais s’il croit ainsi défendre l’emploi de ses concitoyens, il fait fausse route.

Défendre les énergies fossiles, c’est enclencher la marche arrière. Revenir à l’époque des mines et des puits, alors que l’évidence d’une transition énergétique est rappelée à chaque raz-de-marée, pollution et fermeture de vieilles industries. Le républicain Arnold Schwarzenegger, le démocrate John Kerry, des villes et des Etats d’Amérique pensent qu’avec cette décision le président Trump ne rend pas service à son pays, qui pourrait rater ce tournant technologique. Si cette administration baisse pavillon, ce n’est sans doute pas si grave, car les Etats-Unis sont plus grands qu’elle.

Pour l’Asie et l’Europe, c’est une opportunité en or. Le président français l’a bien compris, s’adressant en anglais aux chercheurs et ingénieurs américains qui sont loin de tous partager la vision climatosceptique de leur président. Après le G7, l’OTAN et la visite de Poutine à Versailles, Emmanuel Macron relance l’idée européenne. Et redonne une place à la France sur la scène internationale, laissée vacante depuis Nicolas Sarkozy.

A chaque recul des Etats-Unis sur la coopération avec l’UE, Trump renforce l’unité des Européens. Tant mieux pour le Vieux-Continent, qui reprend des airs de jeunesse. Encore faut-il que l’UE sache agir en conséquence. Qu’elle tisse des liens avec la Chine et l’Inde et produise des solutions innovantes pour faire reculer les nuages de carbone s’amoncelant au-dessus de nos têtes. Pourvu que ce coup de tonnerre venu d’outre-Atlantique serve d’électrochoc de ce côté-ci de l’océan.

Créé: 02.06.2017, 23h12

Olivier Bot, chef de la rubrique internationale

Articles en relation

Climat: l’Amérique fera sans Trump

Accord de Paris Aux Etats-Unis, des villes et des Etats forment un front anti-Trump sur le climat, appuyés par Bloomberg et des géants comme Apple et Google. Plus...

Derrière le retrait de l’accord sur le climat, le poids des lobbys

Etats-Unis Le climatosceptiscisme est un courant bien financé aux Etats-Unis. Il a ses fondations, ses instituts et ses hommes clé auprès de Trump. Plus...

Désastre ou aubaine pour l'Accord de Paris? «Les heures qui viennent seront décisives!»

Climat Le retrait des Etats-Unis pourrait entraîner d'autres pays, comme l'Inde ou l'Australie... ou au contraire unir la planète. Suspense. Plus...

La réponse de Macron à Trump: «Make our planet great again!»

Climat Après la stupeur, Chinois et Européens veulent voir dans ce retrait américain de la COP21 une opportunité pour aller plus loin et gagner des marchés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus: le Salon des inventions de Genève reporté en septembre
Plus...