Un trolleybus sans fil nommé avenir

L'éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est un peu comme lorsque le petit génie de la classe se plante à l’examen. Un sentiment de frustration et d’injustice a terni mardi l’inauguration du bus TOSA, alors que la fierté aurait dû régner sans partage. La coïncidence des événements est rageante. Genève se bat pour conserver 150 postes de travail dans sa place industrielle — et précisément dans son vieux fleuron ABB Sécheron — au moment même où le Canton voit fructifier un exemplaire partenariat public-privé développé de longue date avec cette même entreprise autour de ce bus électrique.

Lire aussi: TOSA, une inauguration ternie par la crise chez ABB

En dépit des circonstances, tant Genève qu’ABB, ainsi que les autres partenaires impliqués, peuvent s’enorgueillir de cette innovation qui constitue une réponse pertinente aux enjeux climatiques et énergétiques du millénaire. La récente transaction conclue avec Nantes — ville réputée pionnière en matière de transports publics et d’urbanisme avant-gardiste — a de quoi donner confiance en ce véhicule du futur.

Il faut donc encore y croire. Et espérer que la place industrielle ait trouvé un filon porteur dans ce bus qui pourrait s’appeler avenir et qui devrait évoquer le désir plutôt que le dépit. Mais la direction d’ABB n’a pas facilité cet acte de foi ces dernières semaines avec sa brusque décision de délocaliser 150 postes en Pologne et son discours minimisant l’importance de l’appui public accordé au développement de TOSA. Elle a dix jours pour rectifier son image au fil des pourparlers qui sont en cours jusqu’au 15 décembre. (TDG)

Créé: 05.12.2017, 19h59

Marc Moulin, journaliste

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Russiagate: y a-il eu collusion entre Trump et Poutine?
Plus...