Susanne Ruoff, victime expiatoire

L'éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le sacrifice a eu lieu. Le grand prêtre Urs Schwaller, par ailleurs président du conseil d’administration de La Poste, a immolé, sous les yeux bienveillants de sa maîtresse Doris Leuthard, la terrible pécheresse Susanne Ruoff. À cette dernière d’endosser la responsabilité principale des malversations comptables survenues à CarPostal. Elle doit donc payer de sa tête pendant que le chœur fédéral chante le renouveau et promet des contrôles accrus.


Lire aussi: La Poste fait le ménage dans ses managers


Qu’on se comprenne bien. Susanne Ruoff n’est pas une oie blanche innocente qu’on sacrifie sur l’autel jaune. En tant que directrice générale de La Poste, elle portait une responsabilité certaine dans le fait que les turpitudes aient pu durer de nombreuses années. Quand le scandale a éclaté, elle aurait dû tirer les conséquences plus tôt et démissionner. Elle a préféré jouer la montre et a raté sa sortie.

Ce qui frappe cependant, c’est la facilité avec laquelle le conseil d’administration échappe à toute critique sérieuse. Son président, Urs Schwaller, arrivé en 2016, s’exonère presque de toute responsabilité. Pourtant, quand on touche 250'000 francs pour un 50%, c’est la moindre des choses d’avoir les oreilles grandes ouvertes et de débusquer à temps les problèmes dans l’entreprise.

Et que dire de la déesse Doris Leuthard? Assise sur son nuage olympien, elle décrétait lundi que le Conseil fédéral n’avait pas la plus petite responsabilité dans le scandale. Car, voyez-vous, le gouvernement s’occupe de stratégie et pas d’opérationnel. Certes. Faut-il quand même rappeler que Doris Leuthard a la responsabilité politique de l’Office fédéral des transports? Ce dernier a mis de (trop) longues années à découvrir les malversations. Mais bon, au Conseil fédéral et à l’Administration fédérale, personne n’est responsable. Et Susanne Ruoff est une si jolie victime expiatoire. (TDG)

Créé: 11.06.2018, 22h15

Arthur Grosjean, Correspondant parlementaire

Articles en relation

L'affaire «Car Postal» fait rouler la tête de Susanne Ruoff

La Poste La directrice s’en va un jour avant la publication des enquêtes. Elle s’excuse mais nie avoir été au courant des détournements. Plus...

La Poste fait le ménage dans ses managers

Affaire CarPostal Le géant jaune se sépare de sa directrice Susanne Ruoff, suspend les cadres à CarPostal et vire la cheffe de la révision interne. Urs Schwaller se dit abasourdi par les tromperies. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Arabie saoudite: l'affaire Khashoggi
Plus...