Passer au contenu principal

Smartphone interdit, non mais allô quoi!

Bannir le natel de l’école, y compris pendant les pauses et récréations? Le canton de Vaud l’a décidé. Genève y pense. La France voisine, elle, inaugure sa première rentrée scolaire sans smartphone. Voilà l’état des lieux et le paradoxe de notre époque.

----------

Lire aussi: «C’est vraiment sûr, on part sans natel?»

----------

Le natel est devenu notre assistant personnel, notre béquille, notre principal canal de communication et même notre dernier recours en cas d’urgence. L’outil technologique qui a imprimé sa marque sur ce début de millénaire se retrouve pourtant mis au ban de l’apprentissage de la vie en société.

Aux adultes, dont la pédagogie consiste trop souvent en l’adage «faites ce que je dis, pas ce que je fais», les adolescents répondent qu’ils ne voient pas où est le problème. Ils se parlent. Et la médiatisation de leur vie personnelle donne aussi lieu à moult discussions en direct. Qu’il ne faille pas que les natels perturbent les cours tombe sous le sens. Mais que cet outil d’aujourd’hui soit le paria de l’instruction paraît idiot.

Les générations qui n’ont pas eu de natel durant leur enfance se souviennent des interdictions qui leur étaient faites de regarder la télévision, le soir, veille d’école. Cette régulation, qui n’était pas une interdiction, dans de nombreux foyers, a suffi à maîtriser ce premier écran. Il est ensuite devenu un outil pédagogique et on enseigne désormais la lecture des images en classe. Pourquoi n’en serait-il pas de même pour le natel?

Apprendre aux enfants les risques et les chances engendrées par les technologies serait de salubrité publique. D’autant que les adolescents sont confrontés tôt et au travers de leurs smartphones aux dangers d’exposer leur vie sur les réseaux sociaux. L’école n’a-t-elle rien à apprendre à ces enfants sur ce smartphone, qui sera si primordial dans leur vie d’adulte? Et nous qui le regardons sans cesse, qu’avons-nous à leur dire?

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.