Scolariser les migrants, et ensuite?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le nombre de migrants ne cesse d’augmenter à Genève et à l’école aussi: 1800 élèves rien que pour cette rentrée. Une population qui représente des défis en termes d’hébergement, d’intégration et de scolarisation.

Depuis l’an passé, le Département de l’instruction publique (DIP) a mis sur pied une véritable politique pour leur offrir une formation. Ouverture de classes d’accueil, d’alphabétisation, soutien scolaire, entre autres. Pour cette rentrée-ci, le DIP apporte encore de l’eau au moulin: le nombre de classes d’accueil a doublé et cinq classes d’alphabétisation ont ouvert au cycle, alors qu’il n’y en avait aucune l’an passé. Face au nombre croissant de migrants qui n’ont pas ou peu été scolarisés dans leur pays d’origine, les trois maigres heures d’alphabétisation hebdomadaires paraissaient en effet dérisoires.

Genève se montre bon élève. On applaudit, mais on s’interroge aussi: le Canton offre certes aux migrants une scolarisation. Mais un avenir pour autant? Au sortir des classes d’accueil, la majorité des élèves se dirige vers des filières professionnelles. C’est un secret de Polichinelle, Genève est à la traîne en matière d’apprentissage. Le canton enregistre même le plus faible taux d’entreprises formatrices de Suisse (9%).

Celles-ci tendront-elles la main à ces jeunes migrants? Sans compter que le niveau d’exigence de la formation professionnelle est plutôt élevé. Comment leur permettre, à eux qui maîtrisent parfois encore mal le français, d’y accéder? Sans dispositif d’insertion, ces jeunes deviennent des «bombes à retardement», selon les mots d’un conseiller d’Etat.

Pour les désamorcer, il faut donc des projets. Et pour l’instant, du côté du DIP, les réponses sont nébuleuses. La cheffe de l’Instruction publique argue que la question dépasse le cadre genevois et demande des solutions de la part de la Confédération. A raison: face à un enjeu de cette importance, un canton ne peut pas agir seul. (TDG)

Créé: 23.08.2016, 23h05

Articles en relation

Scolariser les migrants, le défi de la rentrée scolaire

Ecole 74'000 élèves reprendront le chemin de l'école lundi. Cinq classes d'alphabétisation seront ouvertes au Cycle. Plus...

Aurélie Toninato, rubrique Genève

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève: la crudité de certains slogans a choqué
Plus...