Des salaires fantômes et des fantasmes

L'éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’Etat, après sept longues années de gestation, a enfin accouché de son nouveau système de rémunération. Comment se porte le bébé? Score est d’excellente constitution, se félicite le gouvernement. Plus de la moitié des fonctionnaires verront leurs revenus augmenter. Parmi les bénéficiaires, les femmes, majoritaires dans les secteurs de la santé et du social. Le tout coûtera quelque 60 millions supplémentaires annuels à la collectivité. Une paille au regard des 5 milliards de salaire versés aux 45 000 collaborateurs de l’Etat et des établissements autonomes. Voilà pour le volet communication.


Lire: Le système de rémunération de l'Etat va être chamboulé


Dans le camp d’en face, le faire-part du gouvernement a tout de la déclaration de guerre. Les syndicats jouent sur la peur de baisses de salaires annuels, en agitant le chiffre 12% dans certains services, pour mobiliser les fonctionnaires.

Dans les faits, aucun d’entre eux ne verra sa fiche de paie diminuer. Mais l’Etat prévoit de freiner la progression salariale d’une partie de ses collaborateurs. Ces derniers n’atteindront pas le revenu espéré en fin de carrière. Une décision nécessaire pour présenter un projet où les gagnants restent majoritaires.

Comment expliquer la réaction épidermique des syndicats? La fonction publique a récemment compris qu’elle allait payer au prix fort les résultats médiocres de sa caisse de pension. Elle s’inquiète désormais d’une réforme où la grille salariale ne sera pas inscrite dans la loi. Le gouvernement employeur veut décider seul des rémunérations. De là à redouter les dérives du secteur privé qui surpaie ses managers au détriment de la base, il n’y a qu’un pas. Le fonctionnaire, bientôt un employé comme un autre? Les zones d’ombre du projet gouvernemental peuvent le laisser penser. Qu’en fera le parlement? Son aile droite a déjà sorti la calculette. Déficit budgétaire, réforme fiscale des entreprises, recapitalisation de la caisse de pension des fonctionnaires et réforme salariale, l’addition s’annonce salée pour le contribuable. (TDG)

Créé: 11.10.2017, 22h09

Julien de Weck
responsable rubrique Genève

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dénoncetonporc
Plus...