Saigner le commerce de la viande

L'éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les motivations qui peuvent conduire à manger moins de viande ou à devenir végétarien ne manquent pas. On peut le faire pour sa santé, pour l’environnement ou parce qu’on se préoccupe de la condition animale. On peut aussi manger de la viande et être choqué par les conditions d’élevage industriel ou d’abattage des bêtes.

Pour ceux et celles qui ont caillassé huit vitrines de bouchers en un mois à Genève et leurs soutiens, le combat est tout autre. Il s’agit de frapper la filière viande au porte-monnaie, de «saigner» peu à peu ces commerces.

Ce mouvement «du démantèlement» théorisé par l’Américain Erik Marcus en 2005 dans «Meat Market, Animals, Ethics and Money» vise à faire disparaître à terme «l’industrie de la viande». Pour ce militant végane, ne plus manger de viande, défendre les droits des animaux ou leur bien-être ne suffit pas. Il faut s’attaquer au cœur du système et au plus cruel des bourreaux d’animaux: la boucherie.

Pour la militante antispéciste genevoise Virginia Markus, qui comprend sans excuser ni condamner les caillassages de vitrines, «le fait que l’opinion publique s’insurge contre ces actions est révélateur de son anthropocentrisme aveuglant, qui l’empêche de percevoir la véritable violence: celle qui met à mort 69 millions d’animaux chaque année en Suisse». Une violence mineure répondrait donc à une autre, plus grave. On retrouve là l’argument qui justifie les violences des Black Blocs, qui «ne sont rien comparées aux violences du capitalisme».

Créé: 12.05.2018, 00h10

Articles en relation

Un vandale a été interpellé mais les attaques continuent

Genève Une douzaine de bouchers, vendeurs de viande et un fourreur ont été touchés depuis la fin de février. Nouvelle attaque vendredi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...