Rues des bonnes causes

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Leur cause est souvent juste. Leurs méthodes, parfois contestables. Un stand estampillé par le logo de l'association ou de l’ONG; trois ou quatre jeunes gens portant un tee-shirt ou un gilet portant le même sigle: ce sont les rabatteurs de rue. Leur mission? Récolter de l’argent pour financer une bonne action, souvent loin de Genève.

Chacun les a croisés dans les Rues-Basses, devant Manor ou à la gare. En voilà un qui interpelle le chaland d’un «Bonjour» sonore et avenant. La conversation s’engage. Les arguments sont calibrés et jouent avec nos émotions. Jusqu’à ce que l’on cède. Ici, ce sont deux jeunes filles attrapées par la manche par un garçon de leur âge, aguicheur et rieur.

Là, ils sont quatre disposés sur la largeur d’un trottoir comme un filet pour attraper le poisson qui passe. Manœuvre d’évitement de celui ou celle qui ne veut pas s’arrêter. Le pas de la proie qui s’accélère. Le chasseur qui la poursuit sur quelques mètres. Des mots qui claquent avant d'abandonner la traque: «Comment, vous n’aimez pas les enfants?» Malaise.

Ils étaient un peu plus de mille stands de collecte de fonds autorisés à s'installer sur le domaine public l’an dernier à Genève et 1322 en 2019. Voilà qu’à l’heure du don en un clic sur internet, ils encombrent le pavé. Ces jeunes à l'assaut de notre individualisme repu, on les croyait militants, engagés, généreux. Quelle désillusion d'apprendre qu'ils sont pour la plupart employés par des sociétés chargées de faire du chiffre!

Ce jeu du chat et de la souris est-il le meilleur moyen de combattre notre indifférence? Autoriser cette présence de plus en plus insistante et forcément plus agressive à force de refus n’est-il pas contre-productif? Si la Ville ne se penche pas sur cette inflation des sollicitations, ce sont peut-être les associations qui devront revoir leur stratégie. Et nous, citoyens, aider de bon cœur plutôt que sous la contrainte.

Créé: 29.11.2019, 19h38

Olivier Bot

Rédacteur en chef adjoint

Articles en relation

Des récolteurs de fonds très entreprenants dans les rues genevoises

Reportage La cohabitation entre les démarcheurs pour la bonne cause et les passants est parfois délicate. Surtout que leur nombre est en nette augmentation. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...