Révolution douce dans la fumette

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C’est une petite révolution. On trouve désormais du cannabis dans les kiosques genevois. Vous avez bien lu. De l’herbe, vendue par un buraliste sympathique entre un paquet de cigarettes et une bouteille de coca. Mais ce cannabis est particulier. Son taux de THC étant inférieur à 1%, il est légal. Surtout, il ne «pète» pas.

Le produit, pourtant, se vend bien. Car il conserve ses autres propriétés. Il relaxe, il aide à s’endormir ou combat parfois la douleur. Or, c’est justement pour ces effets antistress que la moitié des consommateurs se tournent aujourd’hui vers cette drogue.

L’arrivée du cannabis légal jette alors une lumière crue sur les contradictions de la politique de répression menée depuis des décennies. Il y a trente ans, le cannabis était encore une drogue «douce» avec des taux de THC d’environ 6%. Aujourd’hui, la présence de cette substance problématique a doublé, voire triplé. A l’abri de son interdiction, proliférant dans un marché noir incontrôlé, le produit s’est transformé pour devenir une drogue qui, bien souvent, «défonce». Facile d’accès, mais profitant de l’absence de toute réglementation, le cannabis est devenu un traître.

Imaginons une situation similaire avec l’alcool. A l’apéro, l’amateur commanderait ses trois décis de chasselas. Un breuvage qui aurait le goût, la saveur et la couleur du vin. Mais qui serait chargé en alcool comme de la vodka.

Les fumeurs de joints, les jeunes avant tout, sont aujourd’hui dans cette situation à risque. Les politiques le savent. Mais ils hésitent encore à réglementer le cannabis, ce qui passe par sa légalisation. A défaut de le faire, c’est encore une fois le marché qui dicte sa loi. Ce qui n’est pas de bon augure. Car quel que soit le produit, avec ou sans THC, il est nécessaire d’encadrer son usage. Ce n’est pas une question de police, mais de santé publique.

Créé: 03.03.2017, 21h39

Articles en relation

Le cannabis débarque dans les kiosques et fait un tabac

Commerce Le produit est légal car très faible en THC. Les buralistes annoncent de très bonnes ventes. De quoi concurrencer le marché noir? Plus...

Christian Bernet, rubrique Genève

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après les frappes iraniennes sur l'Arabie saoudite
Plus...