La revanche des petits Mickeys

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une couverture de Tintin adjugée plus de deux millions et demi de francs. Un auteur de la trempe de Bilal courtisé à l’égal d’un grand peintre. Des planches originales de héros populaires – Astérix, Spirou, Blake et Mortimer – aussi recherchées que le Saint-Graal par des collectionneurs disposés à y mettre le prix. Qui l’eût cru à l’époque pas si lointaine où la bande dessinée apparaissait, au mieux, comme une forme bâtarde de sous-culture? Avec le temps, les petits Mickeys, comme on disait autrefois, ont acquis une certaine respectabilité artistique. Au point de se transformer en valeur sûre sur laquelle il est pertinent d’investir, aux yeux de certains vieux enfants devenus de solides brasseurs d’affaires.

Samedi à Paris, lors de la vente aux enchères BD organisée chez Christie’s, les lots les plus attractifs vont dépasser allégrement les 100 000 francs. Rien à voir avec les sommes colossales déboursées dans le milieu de l’art contemporain. Mais largement hors de portée pour le commun des mortels, qui feuillette ses revues BD préférées sans se douter du potentiel financier de certains personnages. La bonne nouvelle, c’est que les moins argentés d’entre nous peuvent encore s’offrir des originaux sans devoir se serrer la ceinture pendant des années. Quelques grands maîtres restent sous-cotés, ce qui n’enlève rien à leur valeur artistique.

Qu’elle atteigne des sommes stratosphériques ou qu’elle reste abordable, la pièce unique a encore de beaux jours devant elle dans un marché encore balbutiant attirant davantage de passionnés que de spéculateurs. Attention, cela va changer, préviennent les experts. Christie’s, sur le long terme, entend séduire une clientèle qui ne provient pas du cercle des amateurs de bande dessinée, mais bien de celui des acheteurs d’art. Une clientèle qui ne connaît pas de limite dans ses acquisitions. Et qui se moque bien de la réputation sulfureuse que traînaient autrefois les petits Mickeys.

Créé: 12.03.2015, 19h00

Articles en relation

La potion magique d’Astérix vaut de l’or

Bande dessinée Samedi 14 mars à Paris, Christie’s met la BD aux enchères, dans un marché en pleine expansion. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

France: une amende de 3,7 milliards d'euros pour UBS
Plus...