La place des pères est à valoriser

L'éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Deux politiciennes genevoises se lancent, enceintes, dans la campagne électorale. La socialiste Christina Kitsos et la PDC Sophie Buchs veulent concilier maternité et carrière politique. Si leur démarche est le signe bienvenu d’un évident changement des mentalités, beaucoup reste à faire: pour de nombreuses femmes, reprendre sa carrière après une naissance relève encore du défi.


Lire aussi: Enceintes, elles se lancent dans la campagne électorale


Bien sûr, l’arrivée d’un enfant est une révolution. Mais doit-elle freiner, voire stopper, l’ambition professionnelle des nouvelles mères? Places de crèches trop chères ou inexistantes, horaires trop rigides: pour nombre d’entre elles, le retour au travail est impossible. Pour d’autres, il signifie un passage à temps partiel. Le come-back s’avère souvent complexe. Certaines voient fondre leurs responsabilités, d’autres se sentent mises à l’écart, perçues comme «moins performantes» par leur hiérarchie.

Comment changer ce paradigme? Les pistes sont multiples, dans le monde professionnel comme dans le monde politique. Mais commençons par permettre aux pères, souvent critiqués pour leur manque de présence, de prendre leur place au sein de leur nouvelle famille. Créer un congé paternité généralisé leur donnerait l’occasion de s’impliquer davantage dans la sphère privée. Le temps partiel chez les hommes, de plus en plus ouverts à cette démarche, devrait être encouragé au lieu d’être perçu comme un manque d’ambition. C’est en valorisant la place des deux parents auprès de leur enfant que ceux-ci pourront s’épanouir au travail comme à la maison.

Créé: 31.01.2019, 07h07

Chloé Dethurens, rubrique Genève

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jocelyne Haller refuse son élection
Plus...