Passer au contenu principal

Un pilote pour la fusée culture

Que les Genevois acceptent l’initiative «Pour une politique culturelle cohérente à Genève» le 19 mai fait peu de doute. Les oppositions sont molles et personne ne conteste le principe de renforcer le Canton dans son rôle de pilote de la politique culturelle. Il faut l’affirmer clairement, l’ambition est belle. L’idée d’un État qui formule une véritable vision pour la culture sur tout son territoire et porte, en concertation avec la Ville et les communes, tant les institutions phares que la création indépendante a de quoi faire rêver.

Garant de la gouvernance, le Canton coordonnerait ses forces, notamment pécuniaires, avec celles des collectivités, afin qu’émergent et perdurent des projets qui fassent rayonner Genève au loin.

----------

Lire également : La culture appelle à une gouvernance concertée

----------

En parvenant à mener cette initiative citoyenne jusqu’aux urnes, les milieux culturels prouvent, une fois encore, qu’ils participent à leur destin. Leur courage et leur persévérance sont à saluer. Mais une victoire le 19 mai ne garantit en rien le succès de l’entreprise. Lequel nécessite que tous les protagonistes s’embarquent dans la fusée, aux côtés de la Ville et des communes, historiquement déjà à bord. À commencer par les acteurs de la culture eux-mêmes, qui seront régulièrement consultés et devront donc sérieusement s’accorder pour parler d’une seule voix. Le Conseil d’État, ensuite, auquel incombera de mener une révolution, la culture n’étant pas inscrite dans l’ADN cantonal – ni dans ses finances!

Le ministre en charge devra aussi prouver qu’il a de l’idée; là-dessus, chacun pourra bientôt se forger une opinion, puisque Thierry Apothéloz a promis un «Message culture» pour ce printemps. Une volonté commune inébranlable, beaucoup de temps et probablement pas mal d’argent. Voilà ce que réclamera cet exigeant dessein. Avec, à la clé, la fin des sempiternelles querelles et l’opportunité de mettre en orbite les projets d’envergure dont Genève ne manque pas. Une future Cité de la musique, un vaste centre culturel à Châtelaine ou un Musée d’art et d’histoire crédible, par exemple.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.