L’obsession allemande de Macron

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Emmanuel Macron a prononcé mardi le discours fondateur de sa vision de l’Europe. Il a choisi de ne pas entrer dans les détails techniques, prenant le risque qu’on l’accuse de rester confiné dans une éloquence chantournée, agréable à l’ouïe mais peu nourrissante à la réflexion. S’il est souvent tombé dans ce travers, lui reprocher ce parti pris serait, en l’occurrence, lui faire mauvais procès. Les eurocrates se sont trop servis de la technicité pour endormir les peuples et les persuader de se laisser gouverner en rond. Il est bon de replacer l’Union européenne sur le terrain politique. En cela, le président français a parfaitement réussi sa démonstration.

Lire aussi: Macron se place en ingénieur d’une UE à plusieurs vitesses

Il reste maintenant à entrer dans le dur: réaliser ne serait-ce qu’une partie de ce vaste et ambitieux programme. Pour ce faire, Macron réserve la place principale au «couple franco-allemand», comme l’ont fait tous ses prédécesseurs. La France ne parvient donc pas à se libérer de son obsession allemande. Or, à Berlin, on ne parle guère des relations entre les deux pays en termes de couple. Et pour mener à bien tous les chantiers dont il a tracé les esquisses, le président Macron aura besoin d’autres pays qui ne se contenteront pas de suivre la «Françallemagne» avec la docilité des ravis de la crèche. D’autant plus que la nouvelle coalition qui se profile en Allemagne ne sera sans doute pas favorable aux vues françaises. En maintenant Berlin sur son piédestal, Paris prend le risque de s’aliéner ses alliés potentiels. (TDG)

Créé: 26.09.2017, 21h55

Jean-Noël Cuénod, correspondant à Paris

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Ukrainiens se choisissent un humoriste comme président
Plus...