Une nouvelle patinoire est indispensable

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Sans doute qu’en 1959, quand elle a vu le jour, la patinoire des Vernets incarnait la modernité. Soixante ans plus tard, c’est une autre musique. La vieille enceinte a fait son temps depuis des lustres déjà, elle n’est tout simplement plus fonctionnelle pour qui veut y voir un club de National League se développer et envisager l’avenir avec sérénité.


Lire aussi: Un autre match en coulisses, pour la nouvelle patinoire


Depuis bientôt dix ans, Genève-Servette, conscient de la nécessité d’un changement, a avalé toutes les couleuvres, les dernières étant canadiennes, avec des dirigeants-investisseurs qui voulaient financer un complexe de plus de 400 millions sans pouvoir rembourser au club un prêt de 3 millions, le tout en conduisant les Aigles au bord de la faillite il y a un an.

Le Conseil d’État les a logiquement sifflés hors-jeu il y a une semaine. Aujourd’hui, c’est un projet genevois, 100% privé, qui se profile. Sur le papier, tout est beau, tout a même l’air très simple à en croire Olivier Plan, celui qui porte ce dossier. Genève-Servette devrait en ressortir armé financièrement pour le futur, les retombées de l’opération immobilière au Trèfle-Blanc devant grossir les caisses du club. Ces promesses attendent du concret maintenant. Cela concerne le Conseil d’État et son comité de pilotage constitué autour de ce projet, ainsi que le promoteur genevois et ses partenaires. De la relation de confiance qu’ils doivent tisser dépend la réussite de l’opération.

Lire l'article en lien:
Un autre match en coulisses, pour la nouvelle patinoire

Le temps presse. Les soucis financiers ne sont plus d’actualité, Genève-Servette est soutenu par la Fondation 1890, autrement dit la Fondation Hans-Wilsdorf (Rolex), mais la riche institution n’a pas pour vocation à sponsoriser à bourse déliée le hockey professionnel, pas plus que le football d’ailleurs. Si ce projet 100% privé est viable et sérieux, alors il faudra le valider. Parce que trop de temps a été perdu jusque-là. On rappelle que le lieu du Trèfle-Blanc a été arrêté en 2012 déjà comme devant être celui de la future patinoire. Sept ans plus tard, on attend toujours le premier coup de pioche

Créé: 11.03.2019, 21h01

Daniel Visentini, Rubrique Sports

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...