Mondial: la valse de l’oubli

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Dans une forme de recueillement extatique, il faudrait donc retenir son souffle pour une apnée d’un mois. Le bonheur sur ordonnance, c’est l’ukase du Mondial, de la FIFA et de Poutine en cette année 2018, trois temps pour une même valse, celle de l’oubli.


Lire aussi: Le Mondial offre une douce amnésie à la Russie


C’est d’abord le Mondial qui éclipse tout par nature, gigantesque presque malgré lui: 32 équipes nationales, 736 joueurs, 36 arbitres, 63 assistants et la VAR, l’assistance vidéo à l’arbitrage. Tous les quatre ans une nouveauté, bientôt, ce Mondial enflera monstrueusement pour accueillir, en 2026, 48 pays. Avec les États-Unis, le Canada et le Mexique organisateurs d’une démesure qui ne veut oublier personne, sauf l’aspect humain.

C’est encore la FIFA en maîtresse de cérémonie, la sainte institution à but non lucratif. Bien sûr. Son Mondial, elle semble pourtant le vendre au plus offrant, pas plus perturbée que ça par les affaires de corruption qui la gangrènent de l’intérieur. Elle dicte encore le rythme de la danse, mais elle en a omis le sens: la promotion du football.

C’est enfin la Russie de Poutine, puisque les deux sont indissociables. Qui a décidé du tirage au sort des groupes de ce Mondial au Kremlin, il y a quelques mois, afin de bien marquer le terrain. Et qui accueille maintenant la planète avec des courbettes: «Nous avons ouvert notre pays et nos cœurs au monde», a-t-il murmuré. Ici une supplique qui ne berne personne, là les enjeux géopolitiques d’un pays qui profite de l’événement pour escamoter le scandale du dopage d’État aux Jeux de Sotchi, l’isolement et les sanctions internationales.

Oui, à chacun son oubli. Mais dans cette valse-là qui ne tourne plus vraiment rond, demeure l’essentiel: un grand rassemblement, un enthousiasme planétaire, 64 matches pour un sacre, des joies, des pleurs, des émotions. Il faut croire que cette magie emporte tout.

Débarrassé de ses contorsions triviales, le Mondial qui commence ce jeudi sera beau. Après tout, l’oubli vaut dans les deux sens. (TDG)

Créé: 13.06.2018, 22h25

Articles en relation

«Stopper Neymar, si c’est possible, cela relève du collectif»

Coupe du monde 2018 Dimanche, la Suisse défie le Brésil et sa star planétaire. De quoi trembler? Valon Behrami répond. Plus...

Daniel Visentini, rubrique Sports

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.