Le mauvais roman de Philip Morris

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

«On ne peut pas faire confiance à l’industrie du tabac!» Au vu des récentes révélations sur les pratiques de lobbying orchestrées par Philip Morris lors de congrès consacrés à la lutte antitabac, la réaction révoltée de l’Association suisse pour la prévention du tabagisme est compréhensible. Il est vrai que cette industrie traîne un lourd passif et que les pratiques dévoilées vendredi par Reuters ont tout du mauvais roman d’espionnage. Tout y est, de l’équipe d’agents expédiée par les grands cigarettiers aux rendez-vous secrets avec des membres de délégations gouvernementales. Si l’agence de presse précise bien qu’elle ne détient aucune information sur le résultat concret de ces rencontres, l’imagination de certains ira jusqu’à écrire de nouveaux chapitres en y ajoutant des soirées bien arrosées et des valises pleines de billets, transmises si possible avec une jolie demoiselle sur les genoux. Voilà pour la fiction.

Maintenant, en poussant la réflexion plus loin, et sans remettre en cause le fait que les pratiques mises en place par les fabricants de cigarettes soient peu acceptables (surtout lorsqu’il en va de la vie de millions de gens), peut-on vraiment les blâmer d’avoir voulu se faire entendre? Même lorsqu’il s’agit de lutte antitabac, ces derniers n’ont-ils pas droit à avoir une place autour de la table? En les excluant de leurs réunions biennales depuis bientôt quinze ans, les membres de la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac ne les ont-ils pas finalement poussés à pratiquer une telle forme de lobbying clandestin, forcément moins transparent qu’en cas d’échanges au grand jour?

Philip Morris est le premier à le dire: «Parler aux gouvernements fait partie de leurs activités quotidiennes.» Au vu des transformations drastiques qui attendent cette industrie, les discussions s’annoncent intenses. Pour autant que tous les acteurs acceptent de se réunir autour de la même table.

(TDG)

Créé: 14.07.2017, 20h11

Olivier Wurlod, rubrique économique

Articles en relation

Une enquête de Reuters fait tousser Philip Morris

Economie L’agence de presse dévoile la lutte acharnée du cigarettier américain contre la Convention-cadre de l’OMS pour la lutte antitabac. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Scrutin annulé: Pagani vilipendé
Plus...