Passer au contenu principal

Malaise au Palais de Justice

Comment un homme aussi doué et habile qu’Olivier Jornot se retrouve-t-il dans pareil pétrin? Il est indéniable que les derniers rebondissements autour de sa vie professionnelle et privée qui s’entremêlent dangereusement créent un malaise.

Acheter deux appartements (dont un en commun) pour lui et sa compagne procureure, dans le même ensemble, tout en affirmant qu’ils ne font pas «ménage commun» et qu’ils respectent ainsi la loi, ne passe pas. Ni au sein du Ministère public ni au-delà. On parle d’une histoire «délirante», d’une affaire «tirée par les cheveux», d’un jeu avec la loi qui ne convainc finalement personne.

Le fait que le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) ne prenne pas la peine d’examiner la situation du premier magistrat du pouvoir judiciaire, membre lui-même de ce cénacle, accentue le malaise. Car on sait que le CSM peut avoir la main leste à l’égard de tel ou tel magistrat sanctionné pour avoir eu le malheur de s’exprimer dans la presse. Au sujet du procureur général pourtant et d’un sujet bien plus grave, on le dirait paralysé.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.