Une lune de miel sans destination

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Chercher la différence entre Karin Keller-Sutter et Pierre-Yves Maillard sur l’Europe? Vous trouverez un cheveu, une poussière. La conseillère fédérale PLR et le nouveau patron des syndicats ont imposé leurs vues au sein du Conseil fédéral. Avec le concours du Parti socialiste qui se frotte les mains. Ces acteurs politiques ont une conviction: sur le tortueux chemin européen, il faut avancer par étapes. D’abord, rassurer les travailleurs suisses en prenant au sérieux leurs craintes. Ensuite, couler l’initiative de l’UDC qui veut en finir avec la libre circulation des personnes et doit arriver aux urnes l’an prochain. Et après? Alors on pourra parler des relations que l’on souhaite développer avec l’Union européenne au moyen d’un accord institutionnel.


A lire: Karin Keller-Sutter prend la main sur l’Europe


Cette stratégie est à ce stade la plus réaliste d’un point de vue de la politique intérieure. Aucune majorité ne se dégage au sein du Conseil fédéral pour parapher l’accord institutionnel en l’état. Ou du moins personne ne veut essayer. En déclarant le front de la libre circulation comme le plus urgent, Karin Keller-Sutter et ses alliés font diversion. Après la brusquerie d’Ignazio Cassis, il fallait aussi l’entregent et le sens politique de la nouvelle élue pour remettre syndicats et patrons à la même table. L’UDC est devenue une ennemie commune bien commode en Suisse.

«Voulons-nous davantage nous intégrer au projet européen ou pas du tout?»

Mais la lune de miel que la Saint-Galloise est en train de vivre avec la gauche n’affiche pour l’heure aucune destination. Elle ne fait qu’esquiver le débat de fond que pose l’accord institutionnel: voulons-nous davantage nous intégrer au projet européen ou pas du tout? Quelle part de souveraineté sommes-nous prêts à perdre pour quels avantages? De ce débat-là dépendent aussi des milliers d’emplois et une part de la prospérité helvétique. En le repoussant sans cesse, le Conseil fédéral donne des messages pour le moins ambigus à son partenaire naturel qu’est l’UE. Le récent voyage tout en innocence d’Ueli Maurer en Chine contraste ainsi avec la défiance de Berne vis-à-vis de Bruxelles. Il faut espérer que la lune de miel se passe bien. Mais aussi qu’elle mène de préférence à Bruxelles plutôt qu’à Shanghaï. (TDG)

Créé: 15.05.2019, 21h26

Lise Bailat, Correspondante parlementaire

Articles en relation

Karin Keller-Sutter prend la main sur l’Europe

Libre circulation Alliée à la gauche, la ministre PLR impose son plan. Avant de parler d’Europe, il faut penser aux travailleurs suisses. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les Genevois disent oui à la RFFA
Plus...