À Londres, la droite la plus bête du monde

L’éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Contrairement à l’expression souvent employée par nos voisins de l’Hexagone, la droite la plus bête du monde n’est pas française mais britannique. S’il en fallait encore une démonstration, il suffit de regarder ce qu’il s’est passé jeudi matin.


Lire aussi: Theresa May garde le cap malgré la tempête


À peine trente-six heures après que le gouvernement a annoncé avoir trouvé un accord avec l’Union européenne, le ministre en charge du Brexit démissionne. Dominic Raab explique ne pouvoir assumer le document qu’il a lui-même contribué à négocier avec Theresa May. Alors que les dés ont déjà été jetés par la première ministre, voici qu’un membre de son cabinet renverse la table de jeu. Comme d’autres avant lui, il confond son destin personnel avec la destinée du Royaume-Uni.

L’exemple le plus criant de cette confusion s’est produit au lendemain du référendum. En cette fin de juin 2016, Boris Johnson et Michael Gove, deux figures de proue en faveur du Brexit, se rencontrent. Ils doivent discuter de la manière dont Johnson mènerait le pays sur le chemin d’un «hard Brexit» en tant que premier ministre. Mais, au fil d’un barbecue trop arrosé, les appétits s’aiguisent. Peu après, Gove se lance dans la course. Ni l’un ni l’autre ne réussiront.

Celle qui a emménagé au 10, Downing Street le sait: le Brexit, qu’on s’en réjouisse ou non, est une réalité et l’accord annoncé mardi, qu’on l’approuve ou non, est le plus petit dénominateur commun entre Londres et Bruxelles. À un peu plus de quatre mois de l’échéance, Theresa May, elle-même jadis opposée à la sortie de l’UE, comprend la nécessité urgente d’une solution viable quoique imparfaite.

La première ministre prouve ainsi que, derrière l’image de femme politique la plus maltraitée, la plus moquée, la plus trahie de l’histoire récente, elle recèle une constance et une endurance peu communes. À elles seules, ces deux qualités ne garantissent pas sa survie politique. Mais elles lui confèrent d’ores et déjà la stature de femme d’État.

(TDG)

Créé: 15.11.2018, 21h43

Marc Allgöwer, responsable de la rubrique Monde (Image: Yvain Genevay)

Articles en relation

Theresa May garde le cap malgré la tempête

Royaume-Uni Alors que quatre de ses ministres annonçaient leur démission, la première ministre n’a rien lâché, jeudi, déterminée à soumettre l’accord sur le Brexit au vote des députés. Plus...

Theresa May rallie son Cabinet au projet d’accord sur le Brexit

Royaume-Uni Il lui aura fallu cinq heures de réunion pour convaincre. Une avancée déterminante avant de passer devant les Communes. Plus...

Le Royaume-Uni et l’Union européenne s’accordent enfin sur le Brexit

Europe Le plus dur reste à venir pour Theresa May: faire accepter l’accord par son Cabinet et son parlement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...