La loi sur les armes met le feu aux poudres

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des deux objets fédéraux au menu des votations du 19 mai, le plus explosif n’est pas celui que l’on attendait. D’un côté, une réforme en profondeur de l’imposition des entreprises, liée à un colmatage urgent des trous de l’AVS. Autrement dit, les recettes fiscales des collectivités publiques et le financement de nos retraites. De l’autre, une révision technique de la législation sur les armes, qui n’aurait a priori pas grand impact sur la vie des citoyens.


Lire aussi : Clash entre un officier et un conseiller national PLR


Dans le débat public et médiatique, c’est pourtant le second enjeu qui prend le pas sur le premier. Les arguments fusent avec une véhémence rare. La polémique née entre un officier de milice valaisan et Benoît Genecand en témoigne: l’élu PLR genevois n’a pas hésité à parler de «dictature militaire» au sujet des gradés qui osent s’écarter de la position officielle du Conseil fédéral en faveur de la loi.

Pourquoi une telle virulence? Parce que ce scrutin porte en lui deux ingrédients qui, immanquablement, allaient électriser la campagne. Premièrement, il est question d’armes à feu dans un pays qui cultive la tradition du citoyen soldat et qui compte 2600 sociétés de tir pour 130'000 pratiquants. Deuxièmement, il s’agit de la reprise d’une directive de l’Union européenne, à l’heure où nos relations incertaines avec Bruxelles suscitent une méfiance extrême. Il n’en fallait pas plus pour que les référendaires dégainent le slogan qui met le feu aux poudres: stop au diktat de l’UE qui nous désarme.

«Très bien organisés, les tireurs serrent les rangs et multiplient les offensives à l’approche du vote»

La forte mobilisation des tireurs et de leurs alliés a fait le reste. Parfaitement organisés, ils serrent les rangs et multiplient les offensives à l’approche du vote. Dans le camp adverse, les partisans du texte ne se privent pas non plus de donner dans l’émotionnel. Selon Karin Keller-Sutter, bien décidée à remporter sa première victoire de conseillère fédérale, l’exclusion de l’accord de Dublin ferait croître la pression migratoire, tandis que les milieux touristiques redoutent une baisse drastique du nombre de visiteurs voyageant avec un visa Schengen. Pour l’heure, les sondages donnent le oui gagnant, mais la guerre des nerfs n’est pas terminée

Créé: 29.04.2019, 22h20

Patrick Monay

Chef de la rubrique Suisse

Articles en relation

Clash entre un officier et un conseiller national PLR

Loi sur les armes Le ton monte entre Benoît Genecand et le président de la Société des officiers du Valais romand sur l’attitude des cadres de l’armée. Plus...

Un rejet de la loi coûterait 500 millions au tourisme

Directive sur les armes Une exclusion de Schengen priverait la Suisse de milliers de visiteurs. La branche lance une offensive pour éviter ce scénario Plus...

Karin Keller-Sutter veut baisser le prix du nouveau permis d’armes

Votation 19 mai Surprise! En pleine campagne de vote, la ministre PLR compte rendre la nouvelle loi indolore pour le porte-monnaie des acquéreurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Hodgers veut 30% de surface arborisée à Genève
Plus...