Les nouvelles grandes fêtes populaires

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mais quelle carotte peut bien nous faire participer à un marathon? On court déjà chaque matin à la crèche, puis au boulot. On sue de séances en rendez-vous. On court après l’argent, la réussite. On transpire au guidon, surtout à Genève. On lâche un juron lorsque, comme cette semaine, on apprend qu’on ne peut plus faire de leçon de démocratie aux républiques bananières.

On s’autorise décidément tous les défis. Du marathon type «tyre lady», qui va tirer ce week-end un pneu derrière elle tout en courant (afin de sensibiliser la foule à l’écologie), à l’ultratrail, cette épreuve d’extrême endurance.

Il y a quelques décennies, le coureur – on ne parle même pas de son pendant féminin – était considéré comme une bête de foire. Celle qui ferait mieux de travailler. Jadis, c’était à l’église qu’on se retrouvait pour célébrer les grands-messes, aux parties de chasses, ou encore pour la moisson et les vendanges. Puis à Woodstock et au Paléo. La Suisse romande regorge désormais de festivals et de courses populaires. Depuis cette année, le mot «running» figure d’ailleurs dans le «Larousse» et «Le Petit Robert».

Le marathon a pris le relais des grandes fêtes populaires. Cette nouvelle forme de communion en baskets, cette manière de vivre quelque chose en commun, de se réunir en meute et en t-shirt est plus qu’une réponse aux médecins, qui pointent les méfaits de la sédentarité. Elle permet de retrouver son instinct grégaire et compétitif en défilé serpentin. De renouer avec un acte primitif. Cette évasion a toujours été gratuitement offerte à l’humanité.

Avec un nouvel atout: celui de se sentir déconnecté. Malgré les appareils de radiofréquences et autres fitbit, quand on court, on ne répond pas à ses e-mails, ni à WhatsApp. On abandonne les selfies et les artifices. On crée des molécules de bonheur pour rester dans la course.

Créé: 10.05.2019, 21h10

Richard Étienne

Rubrique Genève

Articles en relation

Comment le marathon de Genève est devenu rentable

Course à pied OC Sport, qui commercialise l’événement, a misé sur un marché en plein essor. L’entreprise ne fait pas l’unanimité Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Poulidor
Plus...