Les leçons du picoulet climatique

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une déferlante humaine à l’échelle du pays. Les rues des principales villes de Suisse romande avaient toutes ce vendredi le même âge, le même visage, le même entrain pour exiger de nos gouvernants qu’ils prennent enfin des mesures sérieuses en faveur du climat. Cette prise de conscience générationnelle ne date pas d’hier, c’est son ampleur qui frappe aujourd’hui. Ce mouvement de désobéissance civile, né en Suisse alémanique, soucieux de canaliser la colère pour la rendre constructive, s’était fixé comme objectif de ne pas faire masse mais symbole.

Désormais, elle réussit les deux: le nombre fait la force de cette journée du 18 janvier 2019 qui, assurément, fera date. Cinq mille jeunes «grévistes» entre le parc des Bastions et la place des Nations; près du double à Lausanne quelques heures plus tôt. C’est considérable et totalement inédit, on dépasse de beaucoup la jauge habituelle des rassemblements citoyens dans l’espace public. Derrière chaque élève qui a choisi de sécher les cours, un primo-manifestant. Il tient son rang et sa banderole; l’un des cadets a douze ans (sa mère l’accompagne à distance!), l’aîné n’a pas encore atteint sa majorité. Ils sont venus ensemble et apprennent vite. La même cause à défendre les unit, ils en connaissent les enjeux, ils se montrent lucides et pragmatiques, ils affichent une fantaisie mordante pour clamer, en héritiers désobéissants, qu’ils ne veulent plus de notre société de consommation. Le même matin dans les écoles, ce n’est pas un simple picoulet climatique que l’on préparait, mais bien la formulation commune et solidaire d’un «droit à un avenir» différent du présent qui court à sa perte.

Le succès de cette manifestation annonce des lendemains prometteurs. Une assemblée générale est déjà convoquée ce lundi, dans les murs de cette même Université de Genève où, il y a une semaine à peine, une autre génération, vieillissante, déboussolée et partisane, dissertait dans le vide sur le mensonge en politique. Notre ville, qui souffre tant de son image, vient enfin de monter dans le bon train. Il est en marche et a la jeunesse avec lui.

(TDG)

Créé: 18.01.2019, 21h49

Articles en relation

Vidéo: 5000 élèves font grève à Genève pour le climat

Genève Les jeunes ont déserté vendredi les classes pour prendre la rue. Ils réclamaient des mesures concrètes en faveur de l'environnement. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Claude Goretta
Plus...