Une leçon du parlement

Éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au premier tour. Comme une évidence. Comme un acte naturel. Les deux nouvelles conseillères fédérales ont été élues mercredi à la vitesse grand V. Et c’est tout à fait inhabituel au Palais fédéral. Normalement, le rituel est tout autre. Même lorsqu’il n’y a aucun suspense, les parlementaires jouent à se faire peur. Une élection, c’est leur moment, celui, où aucune autre instance, même le peuple, ne peut revenir sur leur décision. Selon les us et coutumes, il faut attendre le deuxième tour pour que les choses sérieuses commencent.

Voir aussi: Analyse de l'élection au Conseil fédéral

La double élection au premier tour est donc un symbole. Une leçon même que le parlement a voulu envoyer à la Suisse. Le message est limpide: l’heure des femmes a bel et bien sonné. Leur représentativité fera désormais partie des règles non écrites des élections au Conseil fédéral. La présence de trois conseillères fédérales par le passé, comme aujourd’hui, n’est pas le fruit du hasard, mais bien celle d’une volonté des élus fédéraux.

Cette double victoire féminine incarne aussi tout le travail accompli par les partis politiques pour proposer des candidates. Elles étaient trois sur quatre mercredi, plus compétentes les unes que les autres. En fait, toutes étaient des candidatures naturelles qui pouvaient se prévaloir d’être femme, par ailleurs.

Mais cette double victoire montre aussi les failles. Certaines déclarations donnaient le vertige. Notamment celle de Karin Keller-Sutter: «Je comble un vide de trente ans», a-t-elle asséné en référence à Élisabeth Kopp, la première et dernière conseillère fédérale PLR.

Difficile de ne pas se souvenir alors que dans les parlements, aussi bien au niveau fédéral, cantonal que communal, la proportion des femmes stagne aux alentours des 30%. Ou que le parlement – le même qu’hier – a récemment tenté de torpiller la loi sur l’égalité salariale.

Il y aura encore du progrès à faire. La prochaine étape marquera le jour où deux candidates femmes, deux favorites, seront comme prévu élues au Conseil fédéral. Et que nous ressentirons tous de l’ennui. L’événement n’en sera plus un. Comme pour l’élection de deux hommes. Ce jour-là sera une belle victoire. (Tribune de Genève)

Créé: 05.12.2018, 14h50

Fabian Muhiedine, rédacteur en chef adjoint, rédaction Tamedia

Articles en relation

Analyse de l'élection au Conseil fédéral

Vidéo Notre correspondante parlementaire Lise Bailat décortique le vote en faveur de Viola Amherd et Karin Keller-Sutter. Plus...

Viola Amherd sera fêtée en Valais le 13 décembre

Conseil fédéral Joie, fierté, moment historique: les Valaisans qui ont fait le déplacement à Berne mercredi étaient enthousiastes après l'élection de Viola Amherd. Plus...

Ueli Maurer va succéder à Alain Berset

Conseil fédéral L'UDC Ueli Maurer présidera la Confédération en 2019. L'Assemblée fédérale l'a brillamment élu par 201 voix sur 209 bulletins valables. Il succède au socialiste Alain Berset. Plus...

Deux femmes entrent au Conseil fédéral

Berne L'Assemblée fédérale a élu mercredi brillamment Viola Amherd et Karin Keller-Sutter, dès le premier tour. Il y aura trois femmes au gouvernement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Amherd, première femme à la tête de l'armée suisse
Plus...