Passer au contenu principal

La justice sur les pas de Trump

Donald Trump n’a pas seulement modelé le Parti républicain à son image. La Cour suprême des États-Unis est aussi en train de prendre les traits du président américain grâce aux deux juges conservateurs que celui-ci a nommés: Brett Kavanaugh et Neil Gorsuch. Ces magistrats permettent aux conservateurs de contrôler la plus haute instance judiciaire des États-Unis et offrent désormais régulièrement des victoires à l’administration Trump, souvent sur la plus faible des majorités: cinq juges en faveur de la position de la Maison-Blanche, quatre magistrats contre.

----------

lire également : La Maison-Blanche obtient le droit de refuser les demandes d’asile

----------

Ces décisions transforment profondément le visage de l’Amérique. La dernière en date, mercredi, permet à l’administration Trump de refuser les demandes d’asile politique de migrants en provenance d’Amérique centrale qui n’auraient pas fait cette démarche dans le premier pays qu’ils ont traversé sur la route des États-Unis.

Ce verdict s’ajoute à celui qui a donné raison à l’administration Trump lorsque celle-ci a défendu le découpage électoral réalisé par les Républicains dans l’État de Caroline du Nord et qui biaise le rapport de force au parlement en faveur du parti de Donald Trump. La Cour suprême a aussi autorisé la Maison-Blanche à contourner le Congrès et à piocher dans des fonds alloués pour d’autres projets du Pentagone afin de permettre à Donald Trump de construire le mur à la frontière avec le Mexique qu’il a vendu à ses électeurs en 2016.

«De très grandes victoires au tribunal sur la frontière!» s’est réjoui Donald Trump jeudi sur Twitter. Cette réaction contraste avec sa colère, ses attaques et ses insultes contre les juges étatiques et fédéraux qui ont bloqué ses décisions depuis le début de son mandat. Ce tweet confirme aussi qu’en s’assurant une Cour suprême proche de lui idéologiquement, Donald Trump s’est doté d’une arme imparable. D’ici à la présidentielle de 2020, il va pouvoir continuer à faire la loi et à façonner une Amérique aux antipodes de la terre d’accueil qu’elle était avant son arrivée à la Maison-Blanche.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.