Johnson attendu sur l’Iran

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A priori, les jeux sont faits. Boris Johnson sera le prochain locataire du 10 Downing Street. À la veille de son sacre, les commentateurs se focalisent sur les conséquences de cette élection pour l’avenir de l’Europe. L’arrivée aux affaires du plus farouche partisan du Brexit ne laisse, en effet, rien augurer de bon pour les partisans d’un arrangement à l’amiable qui ne prétérite pas trop l’avenir.

Pourtant, le dossier sur lequel l’arrivée de Boris Johnson risque de peser lourd et très vite n’est pas celui de l’Europe, mais celui de l’Iran. Personne ne sait vraiment comment l’éruptif Boris Johnson, propulsé dans ce jeu de quilles explosif, va réagir. Vendredi, un pétrolier battant pavillon britannique a été arraisonné dans le détroit d’Ormuz par l’armée iranienne. Une réponse à l’arraisonnement quelques jours plus tôt d’un navire iranien par la marine britannique. Londres avait déjà commencé à s’aligner sur les positions de Washington. Avec Boris Johnson, le rapprochement va s’accélérer. Donald Trump n’a jamais raté une occasion pour tresser des lauriers à l’ancien maire de Londres. L’incident survenu vendredi dans le détroit d’Ormuz offre une occasion aux deux hommes de prendre des positions communes sur l’Iran. Sur le fond, c’est déjà attendu. Il reste la forme. Aux tweets d’un président américain rageur qui promet le feu aux Iraniens pourraient s’ajouter d’ici peu les salves oratoires d’un Boris Johnson qui ne fait pas toujours dans la dentelle. Or, désormais, chaque mot compte. Plus que jamais, toutes les conditions sont réunies pour que le monde tombe dans le piège de la guerre. Le risque est d’autant plus réel qu’à Téhéran, l’aile dure du régime a tout à gagner à jouer la surenchère. Les détracteurs de Boris Johnson dénoncent sa rhétorique de rupture et affirment qu’il pourrait se révéler beaucoup plus dangereux que Donald Trump. Un danger qu’on aurait mal évalué. L’histoire le dira.

Créé: 21.07.2019, 21h24

Alain Jourdan

Rubrique Monde

Articles en relation

Boris Johnson, apôtre du Brexit, s’apprête à gouverner

Royaume-Uni Charismatique et gaffeur, le favori de l’élection au sein du Parti conservateur devrait devenir premier ministre mardi prochain. Plus...

Pourquoi Boris Johnson ne sera pas le Trump du Royaume-Uni

Brexit Favori au poste de premier ministre, «BoJo» est dit superficiel, inconstant, incontrôlable. Tout laisse pourtant croire qu’il joue un rôle. Explications. Plus...

Boris Johnson, favori de l’élection conservatrice

Royaume-Uni L’ancien maire de Londres aura face à lui neuf adversaires dans la course à la succession de la première ministre Theresa May. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.