L’Italie met l’Europe au pied du mur

L’éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cette fois, plus de doute: l’Europe a un sérieux problème, et ce problème a la forme d’une botte. Longtemps, la vie politique italienne s’écoulait, mi-débonnaire, mi-théâtrale, et les gouvernements passaient au rythme des saisons. Beaucoup d’Européens s’inquiétaient plus du résultat des élections en France ou en Allemagne, voire du ton de plus en plus contestataire de pays comme la Hongrie ou la Pologne. Rares étaient ceux qui croyaient que le souci le plus pressant viendrait de la Péninsule. Et pourtant, nous y voilà: un pays fondateur de l’Union européenne rejoint le front du refus. Quel que soit le qualificatif choisi – populistes, souverainistes, antisystèmes – le gouvernement proposé lundi est aux mains de partis qui disent non à l’ordre que le continent construit depuis septante ans.


Lire aussi: Les populistes proposent un inconnu comme premier ministre


Pourtant, cette confrontation est bienvenue. Cela fait trop longtemps que les institutions nationales et européennes montrent leur incapacité à résoudre les problèmes collectifs de l’UE. Ce statu quo ne peut plus durer. Trois fronts se dessinent déjà. Rome veut augmenter les dépenses publiques tout en abaissant les impôts, mettant en danger sa propre stabilité financière et celle de toute la zone euro. Elle entend durcir sa politique migratoire, soulignant l’indifférence de ses partenaires. Elle souhaite enfin lever les sanctions qui frappent la Russie, écartelant un peu plus une Europe déjà schizophrène sur cette question.

D’autres fronts ne tarderont pas à se faire jour, et les mois qui s’annoncent risquent d’être mouvementés. Mais quelle valeur a le statu quo, cet entre-deux morose où la coopération entre États européens se résume à reporter les véritables enjeux communs de sommet en sommet? Le miroir que le gouvernement italien tend à ses homologues ne leur donne certainement pas envie de s’y contempler. Mais il ne leur laissera pas le choix, fût-ce à coups de botte.

Créé: 22.05.2018, 07h55

Marc Allgöwer,
Responsable rubrique Monde

Articles en relation

Les populistes proposent un inconnu comme premier ministre

Italie Le président Mattarella a réservé sa réponse à la candidature de Giuseppe Conte à la présidence du Conseil. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

30 avions de Swiss immobilisés pour des problèmes de moteur
Plus...