L’impasse française et britannique

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On ne peut s’empêcher de comparer la situation d’Emmanuel Macron à celle de Theresa May. Le président français est contraint par la rue et la colère des «gilets jaunes» à reconnaître l’échec de ses réformes. Dans les prochaines heures, il va devoir annoncer des mesures fortes – et si possible concrètes – pour sortir de l’impasse politique. Mardi ou dans quelques jours, Theresa May affrontera la colère de la Chambre des Communes. Tout porte à croire qu’elle sera défaite, voire humiliée. L’inflexible Theresa May, celle qui a tenté de mettre en œuvre un «Brexit» imposé par le petit peuple des périphéries du royaume, n’a jamais paru aussi isolée. Peut-être devra-t-elle retourner à Bruxelles pour arracher des ultimes concessions.


A lire: Macron doit redescendre sur terre pour répondre à la colère


Dans les deux cas, Emmanuel Macron et Theresa May ont perdu le contrôle de l’agenda politique, la maîtrise du récit national qu’ils sont censés incarner. À Paris, le gouvernement devra changer le cap dans un cadre budgétaire qui lui laisse peu de marge de manœuvre. À Londres, Theresa May est lâchée par un Parlement qui rechigne à endosser un mauvais accord qui, s’il prévoit une sortie de l’Union européenne, ne garantit pas un retour à une souveraineté pleine et entière du Royaume-Uni. La première ministre, qui avait jusqu’ici refusé toute idée de soumettre l’accord négocié avec Bruxelles à un nouveau vote du peuple, y sera probablement forcée par un Parlement qui ne veut pas endosser la responsabilité d’un traité aussi déséquilibré.

La France et le Royaume-Uni affrontent une crise politique et institutionnelle majeure. Les peuples partagent un sentiment commun, celui de ne plus se sentir représentés par des élus qui font des promesses qu’ils ne tiennent pas. Emmanuel Macron voulait redonner à la France sa grandeur d’antan. Le voilà rattrapé par la colère des perdants. Theresa May imaginait une sortie exemplaire de l’Union européenne; elle se retrouve sans majorité claire au moment de signer l’acte de divorce. En France, Emmanuel Macron doit éviter le chaos politique. À Londres, Theresa May devra probablement admettre qu’un second vote de clarification est nécessaire. Elle n’est plus maîtresse de sa destinée. Macron, lui, joue sa survie politique.

(TDG)

Créé: 09.12.2018, 20h05

Pierre Veya, chef de la rubrique Économie

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...