Une gifle au puissant Xi Jinping

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Quelle humiliation! Être à la tête d’un géant de 1,4 milliard d’habitants et ne pouvoir tenir en respect un tout petit territoire semi-autonome peuplé de 7,4 millions d’habitants… Malgré le pouvoir qu’il a réussi à concentrer dans ses mains depuis 2012, le président chinois, Xi Jinping, vient d’assister sans broncher, dimanche, à la défaite de Carrie Lam, cheffe de l’Exécutif de Hongkong. Deux millions de personnes ont envahi les rues pour réclamer sa démission alors qu’elle venait de présenter ses excuses et de suspendre le projet de loi controversé autorisant les extraditions vers la Chine!


Lire également : Une libération renforce la contestation à Hong Kong


Plus de vingt ans après la rétrocession de cette ex-colonie britannique, Pékin n’a toujours pas réussi à gagner les cœurs des Hongkongais. Xi Jinping tablait sur la prospérité économique et la fibre patriotique pour réduire peu à peu l’autonomie du petit territoire, mais il doit se rendre à l’évidence: ce mouvement de contestation sans précédent n’est pas le fait de vieux nostalgiques mais bien de la jeune génération.

Les gens de Hongkong tiennent mordicus au principe «Un pays, deux systèmes» censé régir les relations jusqu’en 2047 (selon l’accord de rétrocession passé entre Londres et Pékin). Pour tenter de calmer le jeu, l’ambassadeur de Chine au Royaume-Uni, Liu Xiaoming, a pris ses distances avec Carrie Lam, affirmant que la loi d’extradition n’avait pas été demandée par son gouvernement. Inféodée à Pékin, la cheffe de l’Exécutif hongkongais a pris sur elle et présenté ses plus plates excuses à la population.

Cette crise fait mauvais genre pour un président chinois qui a promis à l’île sécessionniste de Taïwan le même statut que Hongkong si elle accepte de négocier son retour dans le giron. Ces tensions compliquent le jeu diplomatique au moment où Pékin doit affronter la guerre commerciale déclenchée par Donald Trump. Cela dit, même si Carrie Lam venait à démissionner, son successeur serait à nouveau choisi parmi les pro-Pékin. Rendez-vous donc au prochain duel.

Créé: 17.06.2019, 20h28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.