Genève au-delà des affaires

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les affaires se succèdent et du coup, après la tempête de l’affaire Maudet et la bourrasque de l’affaire Dal Busco, le Conseil d’État semble bien en peine pour imprimer son rythme à cette législature. Alors que son quart s’est déjà écoulé, le gouvernement semble fatigué, incapable de reprendre son élan. Cette absence de collectif, qui empêche de lancer les nécessaires projets d’envergure, Genève risque bien de la payer cher dans quelques années.


Lire aussi: Voilà ce qui mijote dans les marmites de l’État


On attend toujours les projets structurels: la relance des relations régionales, un nouveau partage des tâches du Canton avec les communes, la refonte de l’aide à domicile, de l’encadrement des personnes âgées, l’organisation d’une résistance déterminée contre le déplacement de l’actualité de la RTS à Lausanne, etc. À la place, on a des polémiques publiques entre élus. À décharge pour le Conseil d’État, comment se ressaisir et s’organiser tant que la justice n’a pas tranché sur le fond des affaires?

En attendant, le travail continue dans les départements. Cette «administration des choses» corrige, fignole, lance des projets de moindre envergure, dont il faut bien se contenter, et qui d’ailleurs ne sont pas sans intérêt. À côté du vacarme des élections nationales à la fin d’octobre et municipales ce printemps, on devrait entendre parler de la fiscalité immobilière, de l’aide sociale, de la loi sur la police et même de quelques propositions de hausses d’impôts liées au budget 2020. Au-delà des affaires, Genève avance. Péniblement.

Créé: 11.09.2019, 06h57

Marc Bretton,
Rubrique Genève

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après les frappes iraniennes sur l'Arabie saoudite
Plus...