La France a peur des Français

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le débat français sur la démocratie directe suisse vient de nous offrir une belle brochette de lieux communs, d’approximations lacunaires et de fantasmes. Peu importe: la Suisse n’a pas vocation à se poser en exemple pour les autres pays. Mais la nervosité des élites françaises autour du RIC, soit le référendum d’initiative citoyenne, est révélatrice d’une maladie de notre grand voisin: le personnel politique français ne partage pas le pouvoir.

Tout n’est pas à jeter dans le lot des critiques tricolores. Il est vrai que certains de nos objets de votation n’étaient pas d’une pureté constitutionnelle irréprochable. Les scrutins sur les minarets et l’immigration de masse ne cachaient pas les desseins des initiants de thématiser sur la place de l’islam et la peur de l’immigration dans notre société. Le système helvétique n’est pas parfait, mais il propose au moins une démocratie vivante et surtout dynamique. En phase avec son époque, la réalité, le ressenti et les émotions de la population.

Pourquoi les Français seraient-ils moins intelligents et pragmatiques que les Suisses? C’est pourtant ce constat terrible d’un mépris de classe qui apparaît dans le concert de critiques envers l’instrument qu’est la votation populaire. Évidemment, les «gilets jaunes» qui réclament la participation au débat public devraient aussi apprendre à perdre. Mais pour l’instant, seul le peuple français est sommé de donner des gages, quand il n’est pas disqualifié sur sa qualité à saisir les enjeux. L’esprit d’une démocratie est de partager le pouvoir. En France, ceux qui le détiennent ne veulent pas en entendre parler. Comme si la France avait peur des Français.

(TDG)

Créé: 18.12.2018, 20h36

Xavier Alonso, rédacteur en chef, adjoint rédaction Tamedia (Image: Vanessa Cardoso)

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...