Cette fois le terroriste ne se cachait pas

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les émotions, une fois encore, se bousculent: rage, désespoir, peur, incrédulité. Quand on ne trouve plus les mots, on finit par résumer ainsi: «La France sous le choc», «L’Allemagne sous le choc», puis à nouveau la France… Absurde et dantesque ritournelle. Comme l’Allemagne entre deux attentats, l’Hexagone n’a pas eu le temps de sortir de l’état de choc avant de subir le suivant. L’horreur est constante. Les moyens, eux, varient: camion, machette, ceinture explosive… Hier, c’est avec un simple couteau que deux djihadistes ont égorgé un prêtre de 86 ans à Rouen. Après la France du 14 juillet, voici donc qu’une église est prise pour cible. Inutile de s’étendre sur la puissance symbolique de l’abomination.

Ce qui distingue l’attentat de Rouen, c’est bien le profil de ses auteurs, l’un d’entre eux en particulier. Un terroriste en puissance. Et reconnu comme tel. Après un départ raté pour la Syrie, il a été arrêté à Genève, enfermé à Champ-Dollon, puis extradé vers la France, où il a été condamné à la prison avant d’être libéré sous la surveillance d’un bracelet électronique. Ses quelques heures quotidiennes de liberté de déplacement lui ont suffi pour commettre son crime dans l’église voisine au nom d’Allah. Il habitait chez ses parents. Sa mère confiait à notre journaliste en 2015 être désemparée face à «son gamin» suite à une tentative de départ avortée vers la Syrie.

Etait-il raisonnable de lui rendre sa liberté près d’un an après sa condamnation, même sous surveillance électronique? La réponse, a posteriori, est clairement non. L’Etat a failli. Faut-il donc systématiquement emprisonner pour une durée indéterminée toute personne qui a tenté de partir en Syrie ou qui en revient? Rien qu’en Suisse, une soixantaine de procédures sont ouvertes pour djihadisme. Comment s’assurer de la déradicalisation d’un terroriste islamiste? Dans un Etat de droit qui ne peut tolérer l’arbitraire mais se doit aussi de protéger ses citoyens, ces questions constituent le casse-tête absolu. Le totalitarisme guette aux deux extrêmes.

Créé: 27.07.2016, 08h27

Articles en relation

L’un des terroristes avait été arrêté à Genève et emprisonné un an en France

Attentat dans une église en France Un prêtre a été égorgé mardi dans une église. L’un des auteurs, le Français Adel K., avait essayé de rejoindre par deux fois la Syrie l’an passé, tentant de passer par Cointrin, où il avait été arrêté. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jocelyne Haller refuse son élection
Plus...