Fiscalité: Genève au pied du mur

L’éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les citoyennes et citoyens genevois mériteraient une médaille et une double ration de glace. Le 19 mai, ils devront faire des choix cruciaux lors d’un scrutin surchargé, contradictoire et obscur, dont l’organisation ne rend pas hommage à la compétence de notre classe politique.


Lire aussi: Jusqu’à 15% de revenus en moins dans des communes


Reste que l’enjeu est à la hauteur de l’effort demandé, en particulier sur la fiscalité des entreprises (RFFA). L’abolition des statuts fiscaux spéciaux répond à une exigence internationale et permet de corriger une injustice envers les sociétés locales. Un oui fédéral semble se dessiner. Le sort du volet cantonal reste bien plus incertain.

Pour les opposants, il s’agit d’un inacceptable cadeau aux entreprises. Le débat mérite d’être mené, mais quelle est l’alternative? Genève s’inscrit dans un système de concurrence fiscale, dont il bénéficie largement. Si le canton refuse la réforme prévoyant un taux à 13,99%, l’imposition de toutes les entreprises passerait à 24% l'an prochain. À quelques kilomètres de là, Vaud applique déjà un taux de 13%…

On peut bien sûr faire le pari qu’en quelques mois, Genève réussira à fixer un taux plus favorable, à lui ajouter des compensations sociales, à faire voter le tout par le peuple puis à l’appliquer sans que des entreprises, lassées de notre imprévisibilité ou pour payer moins d’impôts, aillent voir ailleurs. Un scénario pour le moins fragile.

Face à une réforme fédérale en bonne voie, pris de vitesse par son voisin vaudois, Genève n’a pas une marge de manœuvre infinie dans ce dossier. À moins de choisir une voie solitaire, particulièrement périlleuse.

Créé: 08.05.2019, 07h15

Frédéric Julliard, rédacteur en chef

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.