Passer au contenu principal

Europe, le temps de la grande clarification

Le Parlement européen a parlé clairement mercredi. Par deux tiers des voix, il a enclenché une procédure contre les autorités hongroises suspectées de violer les règles de l’État de droit. Les réactions n’ont pas tardé, les uns y voyant un signal salutaire envoyé par l’institution la plus représentative de l’Union européenne, les autres dénonçant une pression inacceptable sur la Hongrie et son premier ministre, Viktor Orban.

----------

A lire: Les eurodéputés clouent la Hongrie d’Orbán au pilori

----------

Au-delà de ces deux lectures, il est une chose dont les deux camps peuvent se réjouir. Ce vote est la première étape de la grande clarification qui s’annonce avant les élections européennes de mai 2019. On peut commencer à se compter pour évaluer ses propres forces.

Première confirmation: le clivage déterminant n’est désormais plus celui qui sépare la gauche de la droite. La véritable ligne de fracture court désormais entre les nationalistes et leurs adversaires, entre les «détricoteurs» de la construction européenne et ceux qui souhaitent la poursuivre ou, à défaut, la maintenir en l’état. Mercredi, l’extrême gauche, la social-démocratie, l’écologie politique, les forces libérales et le centre droit ont choisi de sanctionner l’un des principaux représentants du courant adverse.

Seconde confirmation: tout se jouera à droite dans les mois à venir, plus précisément au sein du Parti populaire européen (PPE). Cette formation, héritière des pères fondateurs de l’Europe, est la plus importante du Parlement. Mais elle regroupe pour l’heure des forces contradictoires allant de la CDU d’Angela Merkel au Fidesz de Viktor Orban. Mercredi, plus de la moitié du groupe a choisi la voie des sanctions contre ce dernier. La ligne de fracture passe donc en son sein et il est probable que le PPE sous sa forme actuelle ne survive pas aux répercussions de ce vote. Viktor Orban l’a déjà virtuellement quitté et pourrait rejoindre le camp souverainiste. Combien à droite le suivront? Et quel équilibre nouveau cela dessinera-t-il au Parlement européen? Le temps de la grande clarification a débuté.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.