Entreprises à succès: des recettes oubliées

L’éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Oubliez toutes les théories sur les «nouveaux modèles d’affaires». Abandonnez trois minutes l’idée fort répandue qui assène que «les entreprises qui n’innoveront pas sont condamnées à mourir». Ou alors, il faut au minimum redéfinir ce que nous entendons par «innovation», un terme galvaudé à force d’être usé jusqu’à la corde.


Lire aussi: Une pharma genevoise se développe sur ses acquis


A Meyrin, la recette d’OM Pharma, qui souligne être la seule usine biotech importante du canton de Genève, est toute simple: elle se concentre sur les quatre médicaments qu’elle vend, depuis trente ans pour le plus récent, cinquante-huit ans pour le plus ancien.

Ses 200 employés soignent cette poule aux gélules d’or. Ils cultivent leur expertise notamment acquise depuis quatre-vingts ans dans le domaine des infections urinaires et respiratoires.

Chaque année, 130 millions de capsules sont fabriquées depuis ce site. Et 60% de la production est vendue dans les pays émergents, parfois délaissés par les géants de l’industrie pharmaceutique.

Et ne croyez pas que ses dirigeants sont enfermés dans un bocal de potions d’un autre âge. Une visite dans ses laboratoires suffit pour se rendre compte que ses installations sont aussi modernes qu’efficaces. Pour que le site réponde aux sévères exigences réglementaires en vigueur dans cette industrie, plus de 70 millions de francs ont été investis. En particulier dans les chaînes de fabrication. Et dans la sécurité. Même le grain de poussière le plus malin aurait de la peine à pénétrer au sein des laboratoires de production, et la bactérie la plus maligne à s’extirper de ses bains de culture. L’innovation consiste aussi à exploiter de manière pérenne ce type d’activité. A imaginer comment résoudre un problème de codes-barres posé par des clients chinois. A garder ses salariés (dix ans d’ancienneté en moyenne chez OM Pharma). A miser sur la parité entre hommes et femmes. (TDG)

Créé: 02.11.2017, 07h20

Roland Rossier, chef de la rubrique Economie

Articles en relation

Une pharma genevoise se développe sur ses acquis

Santé Intégrée dans le groupe zurichois Vifor, OM Pharma vend avec succès quatre médicaments créés entre 1959 et 1987. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.