Égalité ne signifie pas similarité

L'éditorial

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

On y est! Une vague violette s’apprête à inonder le pays. Et avant même que la grève ne démarre, le pari est déjà gagné: les médias n’ont, en effet, jamais autant parlé de la cause des femmes que durant ces derniers mois.

Une bonne chose, tant les défis posés à notre société en termes d’égalité et de prévention des violences restent importants. À commencer par les disparités salariales que notre édition de ce jour met en lumière, ainsi que les discriminations cachées comme les prestations non rémunérées (tâches ménagères, éducation des enfants, aide aux proches). Une réalité qui n’est pas sans effet sur les 37% de différence entre les rentes des hommes et celles des femmes, une fois la retraite arrivée.

Les trente-huit années qui séparent l’inscription du principe de l’égalité dans la Constitution suisse et son application encore si lacunaire aujourd’hui suffisent à elles seules à justifier la mobilisation du jour. Mais vivons-la en appréciant les progrès réalisés durant ce même laps de temps, dont le congé maternité, le droit du divorce et la 10e révision de l’AVS, qui a permis qu’on reconnaisse enfin le travail effectué dans les ménages.

Et puis, égalité ne signifie pas similarité. Alors que notre monde ne cesse de s’uniformiser, n’effaçons pas nos différences. Affichons-les, même. Comme le montre notre enquête sur les jeunes en page 7, une femme peut parfaitement être la locomotive financière d’un couple et l’homme s’épanouir au foyer. L’important est de choisir ensemble un mode de vie qui convienne à tous les deux. En fonction de ses compétences. Il vaut ainsi mieux qu’une femme nulle en cuisine cède son tablier… pour le bien de tous. Mettre un fer à repasser entre les mains d’un homme qui brûlerait toutes les chemises n’a pas plus de sens.

Ce 14 juin est avant tout une bataille pour la dignité de tous. Ne pas limiter ses rêves et ses projets de vie, quel que soit son sexe. Le formidable succès de la Coupe du monde de football féminin montre qu’on est sur la bonne voie.

Créé: 14.06.2019, 06h41

Laurence Bézaguet, Rubrique Genève.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.